Le retour presque gagnant de Théodore Poussin

    Les aventures de Théodore Poussin, t.13: Le dernier voyage de l’Amok, Frank Le Gall. Editions Dupuis, 64 pages, 14,50 euros.

    Singapour années 1930. Dans un quartier mal famé, un étrange marin à visage d’ange, rongé par une barbe naissante, fourbit un plan machiavélique pour reprendre une île, une ancienne cocoteraie florissante lui ayant appartenu accaparée par le terrible capitaine Crabb. Avec son ami et « destin », le ténébreux M. Novembre ainsi qu’avec un drôle d’avocat, le fidèle Martin, ils mettent sur pied un équipage de la pire espèce à bord de l’Amok pour un voyage des plus périlleux. En face, Crabb et ses pirates ne s’avouent pas vaincus, et au milieu, le double jeu de certains risque de rendre cette énième et probable dernière aventure très compliquée !

    Avec ce tome 13 des aventures de Théodore Poussin, Le dernier voyage de l’Amok, voici enfin le retour du matelot aventurier que les fans n’attendaient plus. Apparu dans le paysage du 9e Art dans le magazine Spirou à la fin des années 1980, Théodore Poussin, jeune Dunkerquois de la France d’après-guerre, comptable dans une société de frêt maritime, ayant pris la mer par goût de l’aventure, n’avait plus fait parler de lui depuis l’avant-dernier tome de ses aventures, Les jalousies, paru en… 2004.

    Une éternité pour la génération de lecteurs s’étant attachés à ce héros atypique, au visage poupin encerclé par des lunettes rondes, mais dont le profil lisse cache une complexité intérieure basée sur des secrets familiaux. Devenu l’incroyable jouet d’un destin malicieux – en l’occurrence un certain M.Novembre, apparu dès le premier tome – le jeune héros malgré lui s’est retrouvé plongé dans des aventures exotiques à l’autre bout du monde, avant de prendre progressivement une nouvelle dimension physique et psychologique.
    Cette transformation déjà amorcée dans ses précédentes aventures – notamment à partir du diptyque La terrasse des audiences et de sa rencontre avec l’amour de sa vie Chouchou – est arrivée ici à son apothéose. On redécouvre un Théodore Poussin meneur d’hommes, mûr et sûr de lui, mué par une détermination d’une froideur extrême et sans faille pour arriver à ses fins, contrastant avec le personnage tendre et naïf des débuts. Avec lui, on retrouve certains de ses acolytes – M. Novembre, Martin… – totalement dévoués à sa cause… ou presque.
    L’histoire est aussi nettement plus ténébreuse que les précédentes, avec un passage notamment dans une île où vit cachée une bande de trafiquants coupeurs de têtes sous la domination d’une étrange et sensuelle femme, Aro Satoe, qui fait écho à la nouvelle Au cœur des Ténèbres de Joseph Conrad popularisée au cinéma par Francis Ford Coppola et son Apocalypse now.

    Digne héritier de l’école franco-belge, Frank Le Gall n’a pas abandonné ce trait « ligne claire » caractérisant son dessin tout en s’autorisant des libertés avec le découpage, sortant du gaufrier classique des débuts. Il peut ainsi s’offrir des grandes cases donnant plus d’espace aux personnages ou aux paysages. Un luxe permis par un format plus grand de 64 pages contre les 48 traditionnels.

    Si l’ensemble est sérieux et de qualité on a néanmoins la sensation que l’histoire échappe par moments à l’auteur. En effet, certaines séquences et des personnages secondaires n’apportent pas grand-chose au récit, qui perd en tension narrative. Le dénouement – sonnant comme le chant du cygne – laisse d’ailleurs un goût amer.
    Pour ces retrouvailles, on aurait presque la mauvaise impression d’un rendez-vous manqué. En espérant malgré tout que ce ne soit pas le dernier car le capitaine Poussin n’a pas livré tous ses secrets.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste depuis près de 20 ans, dans différents titres de la presse locale, tombé dans la marmite des bulles, quand il était petit, en découvrant Snoopy puis les aventures d'un naufragé du A, des Tuniques bleues ou encore d'un Gentilhomme de fortune accompagné d'un célèbre révolutionnaire russe. Toujours passionné de BD, a collaboré à l'éphémère magazine BachiBouzouk, écrit un mémoire sur "L'Association" en 1999 sous la direction de Pierre Christin (IUT de journalisme de Bordeaux) puis aujourd'hui chroniqueur à Bulles Picardes.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Ombres et lumière sur la banlieue lyonnaise

    Jeu d’ombres, tome 1: Gazi, Loulou Dedola (scénario), Merwan (dessin). Editions Glénat, 64 pages, ...

    Le drôle de dictionnaire de Baffie en images

    Le dictionnaire illustré de Laurent Baffie, Laurent Baffie (textes), Chaunu (illustrations). Editions Kero / ...

    Lecture-spectacle du texte de Charb empêchée à Lille : certains donnent de la voix

    L’annonce de la déprogrammation du spectacle tiré de l’ouvrage de Charb Lettre aux escrocs de ...

    Rencontre d’un drôle de type d’Ovniens

    Les Ovniens, Jean-Luc Coudray (scénariste), Philippe Coudray (dessinateur). Editions La Boîte à bulles, 64 ...

    Quand “Charlie Hebdo” fait dans l’humour belge

    Ainsi donc, une nouvelle fois, la une de Charlie hebdo aurait fait “polémique” cette ...

    Valérian et Laureline,la nostalgie du futur

    Valérian et Laureline, tome 22 : Souvenirs de futurs, Pierre Christin, Jean-Claude Mezières, éditions ...