Total Swarte et très clair

    Total Swarte, de Joost Swarte, éditions Denoël Graphic, 144 pages, 25 euros. Sortie le 26 janvier 2012.

    Avec Ted Benoît, Floc’h, Chaland ou Serge Clerc, le Hollandais Joost Swarte marqua de son empreinte le début des années 80 en bande dessinée. Pour beaucoup, son histoire L’Art moderne figurera même comme un manifeste, signe majeur de rupture. Après l’effervescence underground échevelée des sixties et plus encore des seventies, au style volontiers aussi psychédélique que les substances en vogue à l’époque, arrivait une néo-ligne claire, propre et précise, mais aussi froide et plus ironique qu’engagée. Emblématique et bien à l’image, donc de cette décennie rutilante du grand renoncement cynique… Trente ans plus tard, au même titre que les épaulettes compensées, ce style-là, aussi, a vieilli, est devenu daté. Mais, à ce titre, est entré dans l’Histoire du 9e art. Qu’on apprécie ou moins (ce qui est mon cas) ce style, le travail de Swarte s’avère totalement digne d’intérêt, par son esthétique très “art nouveau”, sa ré-interprétation très personnelle de l’héritage d’Hergé, dans une veine nettement plus glauque et caustique.

    Tout cela pour dire qu’il convient de saluer comme il se doit la parution, chez Denoël Graphic de ce Total Swarte, un an après la sortie originale aux Pays-Bas, recueil exhaustif des nouvelles graphiques de l’auteur, qui a quasi-abandonné depuis la bande dessinée pour des travaux de designer et de plasticien. On lui doit, par exemple, le graphisme et la scénographie du récent Musée Hergé de Louvain-la-neuve, près de Bruxelles.

    On retrouve donc ici son héros Jopo de Pojo, “anti-Tintin”, ou le critique d’art abscons Anton Makassar, ou le délirant “Paradis des capotes”. Le tout en petit format, mais joliment édité, lesté d’une préface chaleureuse de Chris Ware, cet album rassemble, outre son classique déjà évoqué des travaux de jeunesse publiés dans des revues hollandaises ou d’autres parus dessinés pour Raw, la revue d’Art Spiegelman ou dans l’album Swarte 30×40 du Futuropolis d’Etienne Robial. Seul reproche, ou du moins élement de perplexité, l’absence d’approche bêtement chronologique, qui empêche de saisir immédiatement l’évolution du style et du travail de l’auteur et qui, dans une telle monographie, pouvait pourtant sembler logique.

    Un bon moyen, en tout cas, de se replonger dans cette ambiance 80′, et ce alors qu’une exposition sera consacrée à Joost Swarte du 8 mars au 5 mai à la Galerie Martel à Paris.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Baffes & Furious

    Furious, Bryan J.L.Glass (scénariste), Victor Santos (dessin). Editions Glénat Comics, 144 pages, 14,95 euros. ...

    Le Pakistan au-delà des clichés

    Le pays des Purs, Sarah Caron (scénario), Hubert Maury (scénario et dessin). Editions La ...

    Délectable “Diletta” de Tezuka

    La grande pagaille du Diletta, Osamu Tezuka, éditions FLBLB, 400 pages, 20 euros. Si ...

    l’amour vague

    Adam et elle, tome 2, Gwen de Bonneval, Mickaël Sterckeman, éditions Glénat, 48 pages, ...

    Eternum, nouvelle saga SF pour Christophe Bec

    Eternum, tome 1: le sarcophage, Christophe Bec (scénario), Jaouen (dessin). Editions Casterman, 48 pages, ...

    Crise d’ado et dents pointues

    Aspirine, Joann Sfar. Editions Rue de Sèvres, 130 pages, 16 euros.x  Aspirine (oui, c’est ...