Toujours en quête de bon temps

    La quête de l’oiseau du temps, avant la quête, tome 4: Le chevalier Bragon, Serge Le Tendre, Régis Loisel (scénario), Vincent Mallié (dessin), éditions Dargaud, 64 pages, 13,99 euros.

    Cinq ans ont passé dans la vie du jeune Bragon depuis le précédent album, qui l’avait laissé en apprentissage auprès du Rige, dans son aspiration à devenir chevalier afin de se faire accepter comme prétendant de la belle princesse Mara. Trois ans se sont aussi écoulés depuis la parution de ce tome 3… Et trente ans depuis l’apparition, dans Charlie Mensuel, des premières planches de ce qui allait devenir La Quête de l’Oiseau du temps, dont le premier album, La conque de Ramor, est paru en 1983.

    Rythme de la narration, richesse de l’univers et de son rendu graphique, finesse et subtilité du récit (jusqu’à son retournement final, qui marque à jamais ceux qui l’on lu), jamais l’héroïc-fantasy, en bande dessinée, n’avait atteint un tel niveau – et, à ma connaissance, jamais elle n’a été dépassée depuis. Et donc, l’idée d’une “deuxième époque”, poursuivant cette saga qui se bouclait si bien, pouvait apparaître incongrue, sacrilège, voire bassement marketing – d’autant qu’il s’agissait là d’une “préquelle” revenant sur la jeunesse des personnages, dont le fameux héros, le vieux chevalier Bragon…

    Le (jeune) chevalier Bragon et la princesse Mara, un court instant de bonheur dans la tragédie de leurs deux existences.

    Parvenus au quatrième épisode de cette “deuxième époque” (qui, donc, à l’image de StarWars, se déroule une trentaine d’années plus tôt), il est réjouissant de constater que l’objectif de Le Tendre et Loisel est plus que tenu. Non seulement les nouveaux épisodes retrouvent le rythme et le style de leurs prédécesseurs et font revivre le mythe, mais ils apportent une vraie richesse humaine aux personnages. Et le petit jeu des correspondances entre passé et présent de l’histoire (ou, plus exactement, présent de la deuxième époque qui renvoie au futur de la première époque) est jubilatoire.

    Avec le Chevalier Bragon, le lien est bien renoué. L’ensemble des personnages et des enjeux sont posés. Le jeune Bragon, petit fermier ayant soif d’aventures, a bien mûri et son expérience auprès du Rige lui a fait prendre conscience de la complexité de l’existence et de la difficulté de concrétiser ses rêves ; Mara, la jolie princesse, elle aussi a subi l’épreuve du temps – dans Le grimoire des Dieux – et, consciente de la grandeur de sa mission, elle commence à voir naître les failles qui expliqueront son développement futur. Et en plus du Rige, dont le personnage n’a rien perdu de son hiératisme et de son effrayante solennité, on a retrouvé avec plaisir Bulrog, devenu apprenti de Bragon.

    Revenu parmi les siens en tant que “chevalier” après cinq ans passés dans la forêt du Rige, Bragon est loin d’en avoir fini avec les épreuves. S’il rejoint Mara dans la marche des voiles d’écume, c’est pour se voir confier une nouvelle mission : raccompagner la jeune princesse Raya, dernière héritière de la marche des Roches pourpres, dans ses terres, alors que son père a été victime de l’Ordre du signe – cette nouvelle religion des fanatiques du dieu maudit Ramor (objet de tous les enjeux dans la première époque). L’opération est périlleuse et la fin de ce 4e tome laisse Bulrog et Bragon en très mauvaise posture. Mais le lecteur sous le charme.

    Aventures épiques, humour, décor somptueux et force psychologique des personnages sont toujours au rendez-vous. Et l’histoire est même lestée d’une dimension plus géopolitique, avec le poids croissant pris par l’Ordre du signe. Quand au dessin de Vincent Mallié, il est aussi réussi et soigné que dans le Grand Mort et il permet à la série d’être visuellement tout simplement somptueuse.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Chapeau, Alvin !

    Alvin, tome 1: l’héritage d’Abélard, Régis Hautière (scénario), Renaud Dillies (dessin). Editions Dargaud, 56 ...

    L’odyssée intérieure au fil des genres avec Wul

    Odyssée sous contrôle, coll. Les Univers de Stefan Wul, Dobbs (scénario), Stéphane Perger (dessin). ...

    Aiôn boucle bien la boucle temporelle

     Aiôn, Ludovic Rio. Editions Dargaud, 132 pages, 16,95 euros. Dans l’espace, on savait déjà ...

    La mère réussie

    Amère Russie, tome 2: les colombes de Grozny, Aurélien Ducoudray (scénario), Anlor (dessin). Editions ...

    Hey… Ho, Let’s Go ! Les Ramones ramenés à la vie

    One, Two, Three, Four, Ramones, Xavier Bétaucourt, Bruno Cadène (scénario), Éric Cartier (dessinateur). Editions ...

    Astérix et Obélix sur la bonne voie

    Astérix, tome 37: Astérix et la Transitalique, Jean-Yves Ferri (scénario), Didier Conrad (dessin). Editions ...