Trois étoiles et les îles du Sud !

    Le Clos des épices
    lord-of-burger_1
    « La cuisine, c’est pas du cirque ! » Difficile de prendre des initiatives quand on travaille sous les ordres d’Alessandro Caprese. Ce n’est pas un chef facile mais, avec trois étoiles, cela se comprend. Mais le grand Alessandro n’est pas un père facile non plus. Ambre, sa fille, se spécialise dans la sculpture sur glace et Arthur, son fils, lui, pour payer ses études, travaille (sacrilège !) dans un fast-food… Mais, là où cela se complique encore, c’est quand le chef est congelé dans la chambre froide. Un meurtre inexpliqué qui laisse les héritiers avec une dette de trois millions d’euros. Une paille ! Alors, il faut reprendre le restaurant pour tenter de rembourser… et le personnel qui démissionne. Que faire ?…
    Un dessin sous influence manga pour un scénario original qui combine une vraie histoire avec un petit plus didactique pas étouffant. Une série qui s’annonce agréable et amusante avec un poil d’humour et… des recettes expliquées qui mettent l’eau à la bouche. Le Clos des épices fait des réductions aux journalistes ?
    Lord of burger, tome 1 : Le Clos des épices, Alwett, Arleston, Balak, Rachel Zimra. Editions Glénat, 96 pages, 10 euros.

    En Italie, il n’y a que des vrais hommes

    Torse bombé, menton volontaire, le Duce martela « En Italie, il n’y a que des vrais hommes ». La question était réglée, à l’inverse des « Triangles roses » allemands, l’Italie n’enverrait pas ses homosexuels dans des camps d’extermination puisqu’il ne saurait en exister ici. Ils avaient la vie sauve mais, n’étant pas normaux, et s’adonnant à la « pédérastie passive, causant un grave préjudice à la morale publique et à l’intégrité de la race », ils seraient considérés comme des prisonniers politiques et comme tels, déportés à l’abri des regards, dans les îles du sud.
    Dans ce roman graphique, mêlant humour et gravité historique, 50 ans plus tard, deux journalistes interrogent un de ces déportés qui se souvient de ce que furent les années 30 pour les hommes qui aimaient les hommes. Un récit sobre et dense qui relate avec émotion une page sombre de l’histoire italienne et montre aussi le travail du journaliste face à ce qui est encore aujourd’hui un fait que la société n’admet pas toujours volontiers. Pudique et émouvant.
    En Italie, il n’y a que des vrais hommes, Luca de Santis et Sara Colaone. Editions Dargaud, 15,50€ ; 176 pages.
    en_italie

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    1917, les huit mois qui ébranlèrent le monde

    Octobre 17, Patrick Rotman (scénario), Benoît Blary (dessin). Editions Delcourt/Seuil, 112 pages, 17,95 euros. ...

    De nouvelles recrues pour les Tuniques bleues

    Les Tuniques bleues, des histoires courtes par..., collectif. Editions Dupuis, 120 pages, 19 euros. ...

    Rackam reprend le Maakies

    Protomaakies, Tony Millionnaire, éditions Rackam, 264 pages, 30 euros. Parution le 21 novembre 2013. ...

    La banquise en folie

    Ecolomancho, tome 1: éternelle banquise, Jicé, Parno, éditions Pat à pan, 48 pages, 12 ...

    Budapest 1956 pour mémoire

    L’ange de Budapest, Gabor Tallai (scénario), Attila Futaki (dessin). Editions Glénat, 56 pages, 14,50 ...