Un album de pure évasion

    La grande évasion : le labyrinthe, Mathieu Gabella, Stefano Palumbo, éditions Delcourt, 64 pages, 14,95 euros.

    Le concept de cette collection – sur la thématique de l’évasion – permet une grande… liberté narrative. Ainsi, après une plongée dans les prisons en plein désert des bat’ d’Af’ dans le célèbre Biribi, c’est à une exploration souterraine dans le tombeau supposé de Dédale (l’architecte constructeur du labyrinthe du roi Minos et le père d’Icare) qu’invitent le Normand Mathieu Gabella et le Napolitain Stefano Palumbo dans ce Labyrinthe fortement empreint de mythologie grecque. On retrouve en effet vite les traces d’Ariane, de Thésée et du Minotaure, revus et corrigés dans une perspective originale et fantastique.

    Si le fil d’Ariane joue bien son rôle, le fil du récit, lui,= se montre parfois fin au risque de casser. Impossible de dévoiler le coeur de l’intrigue, sans faire perdre une bonne partie de l’intérêt de l’album. Disons simplement qu’il faut s’y plonger comme dans une série Z, sans trop réfléchir à ses développements. On peut alors prendre plaisir à suivre l’odyssée de cette bande de jeunes archéologues, bien dessinés par Stefano Palumbo, dans un style très réaliste, classique mais soigné. Il convient aussi de saluer le travail de coloriste de Lou, pour parvenir à égayer une aventure qui se déroule à 90 % sous terre… Et il faut reconnaître au scénario de Gabella la qualité de ne pas se perdre dans cette histoire labyrinthique et d’apporter des réponses à tous les mystères de son récit…

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    L’Alpha et l’omega de la saga “Niourk”

    Niourk, tome 3: alpha, Olivier Vatine. Editions Ankama, 64 pages, 14,90 euros. Fin de ...

    En bonne compagnie des loups

    World War Wolves, tome 2: autrefois un homme, aujourd’hui un loup, Jean-Luc Istin (scénario), ...

    Asgard, Viking of the world

    Asgard, tome 1 : Pied-de-fer, Xavier Dorison, Ralf Meyer, éditions Dargaud, 56 pages, 13,99 ...

    Ils s’aiment… toujours

    Ils s’aiment, Pierre Palmade (dialogues), Alan (scénario), Emilie Decrock (dessin), éditions Jungle, 48 pages, ...

    Un “éloge” de la bande dessinée qui laisse sans voix…

    L’enfer est pavé de bonnes intentions, c’est connu. Et le Nord célèbre pour les ...

    Avec “Fairyland”, Skottie Young le magicien ose le conte trash

    I hate Fairyland, tome 1: le vert de ses cheveux, Skottie Young. Editions Urban ...