Un album qui ne manque pas de bouteille

    In vino veritas, Corbeyran (scénario), Luca Malisan (dessin), éditions Glénat, 48 pages, 13,90 euros.

    Après Château Bordeaux (déjà chez Glénat), le prolifique Eric Corbeyran poursuit dans le filon viticole avec le début d’une nouvelle saga sur le vin. Versant italien, cette fois (mais l’on va retrouver ici certains personnages de la série précédente), et sur fond de déchirement familial.

    Lionello et Tessa Tomasini sont frère et soeur, tous deux vignerons… mais farouchement opposés dans la conception de leur métier. Le premier joue la carte de la production de masse et du business-model (quitte à s’autoriser quelques pratiques douteuses), la seconde, elle, fait dans le bio et le naturel. Mais tous deux, qui se détestent adultes autant qu’ils s’aimaient enfants, vont être contraints de travailler ensemble, à cause du testament de leur grand-mère, qui les a élevés…

    Ce premier tome fait plutôt figure de prologue. L’histoire n’a pas véritablement démarré – hormis une dernière vignette, tragique, qui fournit un beau cliffhanger pour la suite – et les véritables enjeux se dessinent encore mal. Sans charme particulier, le dessin réaliste de Luca Malisan retient plus l’attention pour ses beaux panoramas de Toscane que pour ses personnages, trop stéréotypés (que la mise en couleur, froide et impersonnelle, n’arrange pas). Mais l’atmosphère est bien posée et les personnages bien construits. Le scénariste aux 200 albums ayant incontestablement de la bouteille.
    Une fois ainsi humé le bouquet, il reste à voir, si l’histoire aura véritablement du corps.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Tout ce qui ne tue pas rend plus mort

    Zombies néchronologies, tome 2: Mort parce que bête, Olivier Péru (scénario), Arnaud Boudoiron (dessin). ...

    Un petit plaisir

    Confessions d’un canard sex-toy, tome 1: préliminaires, Milly Chantilly, Mickael Roux, Arnaud Poitevin. éditions ...

    Pas Euro du tout

    Euro 2016, la BD officielle, Benjamin Ferré (scénario), Dario Brizuela (dessin). Editions Soleil, 40 ...

    Chaud devant ! Quand il est bon d’arriver en retard à l’école

    Je suis en retard à l’école parce que… Benjamin Chaud (illustrations), Davide Cali (texte). ...

    Mister Tibet

    Mystères, une biographie en images, Vincent Odin, Editions Daniel Maghen, 364 pages. 59 euros. ...