Un autre homme qui marche

    Furari, de Jirô Taniguchi, éditions Casterman, 212 pages, 16 euros.

    L’homme qui marche demeure l’une des belles oeuvres de Jiro Taniguchi. Le personnage central de Furari, pourrait être un de ses parents éloignés. Lui aussi, marche beaucoup. Ou plutôt arpente “au gré du vent” (signification du titre) Edo, l’ancien Tokyo du début du XIXe siècle. Géomètre et cartographe, mesurant les distances en comptant ses pas, il ambitionne de pouvoir dresser la première carte moderne du Japon.
    Inspiré, apparemment, d’un personnage historique, Furari propose ainsi une nouvelle déambulation poétique, apaisée et contemplative dans un Japon du passé, société pacifiée et conviviale. Un récit paisible où l’on s’arrête pour regarder un milan, voir les fleurs de cerisiers, observer un artisan ou faire une partie de pêche à pied. Où le héros s’endort et voit sa ville à travers les yeux d’un chat, d’une tortue ou d’une libellule, écoute le récit de l’échouage d’une baleine dans le port d’Edo, etc. Privilégiant les découpages horizontales, le dessin s’attarde sur les paysages ou les regards.
    Furari n’a certes pas l’intensité ou la puissance émotionnelle d’autres récits du mangaka japonais le plus occidental, tels Quartier lointain ou son manga au long cours Le Sommet des Dieux, mais le trait de Taniguchi est toujours aussi précis et fluide, rehaussé des classiques vieilles trames à point qui participent de cette douce mélancolie. Et c’est le genre de livre qui se bonifie à chaque lecture, en permettant, sans réel enjeu de l’intrigue, de s’immerger un peu plus dans l’ambiance et d’entrer en empathie avec les personnages. Une méditation urbaine pleine de charme qui marche bien, elle aussi.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    La Horde du Contrevent avance bien

    La Horde du Contrevent, tome 2: l’escadre frêle, Eric Henninot (scénario et dessin), Gaëtan ...

    Univerne revisite avec bonheur l’univers de Jules Verne

    UNIVERNE, t.1, Paname de Morvan et Nesmo, ed.Soleil,  48 pages, 13,50 euros. Par la ...

    Gagner facilement de l’argent

      Gangs, tome 1, Les Pink Panthers, Branislav Kerac et  Jean-Claude  Bartoll. Jungle Thriller, ...

    L’épopée du hip-hop continue de se dessiner chez Papa Guédé

     Hip-hop family tree, volume 4 : 1984-1985, Ed Piskor. Editions Papa Guédé, 112 pages, 26 ...

    Le 9e art de s’en moquer

    L’art du 9e art, Emmanuel Reuzé. Editions Fluide glacial, 128 pages, 18,90 euros. Pour ...

    Les Bidochon allegro

    Un jour au concert avec les Bidochon, Binet. Editions Fluide glacial, 96 pages, 30 ...