Un génocide ordinaire

    Carlisle, tome 1 : Tasunka witko, Edouard Chevais-Deighton et Seigneuret.  Editions Grand Angle, 56 pages, 13,90 euros.

    Pennsylvanie, 1903. Son diplôme en poche, Jonas, le fils d’un influent pasteur, rejoint l’École Industrielle Indienne de Carlisle destinée à l’assimilation des Américains indigènes. Profondément humaniste, Jonas estime que l’intégration des Indiens doit passer par une éducation qui fera d’eux des Américains bon teint (bien que leurs droits ne soient pas reconnus par la Constitution). Mais le chemin de l’enfer est pavé de bonnes intentions,le colonel Richard Pratt, directeur et fondateur de l’école estime qu’il faut « tuer le sauvage pour sauver l’homme ». Le résultat débauche sur un véritable lavage de cerveau où tout ce qui indien est mauvais, d’autant plus que son second est une brute sadique qui ne manque pas d’abuser de sa force.

    Version romancée d’une authentique école destinée à intégrer les Indiens dans la nation américaine, ce récit souffre d’une première partie mal intégrée à l’histoire. Il présente pourtant des points forts comme la souffrance des adolescents à qui le naturel est interdit. Passer d’une civilisation libérale à un régime puritain et autoritaire ne se fait pas sans casse. La preuve est que dans la réalité, un grand nombre des élèves de cette école, rejetés comme traitres par les leurs sont relégués aux taches subalternes par les Blancs et, incapables de s’insérer, vont se suicider. Le cahier de huit pages qui accompagne le récit est très clair : cette façon de faire était un génocide culturel ! Un grand moment d’émotion

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    La guerre du Kosovo au-delà des clichés

    La dernière image, une traversée du Kosovo de l’après-guerre, Gani Jakupi, collection Noctambule, éditions ...

    Mémoire assassine

    Assassine, Patrick Delperdange (scénario), André Taymans (dessin). Editions Place du Sablon, 96 pages, 16 ...

    Renaud, une bande (dessinée) pour lui tout seul maintenant

    La bande à Renaud, collectif. Editions Delcourt, 106 pages, 18,95 euros. Renaud aime bien ...

    Dramatique histoire Damour

    Jacques Damour, Vincent Henry (scénario), Gaël Henry (dessin). Editions Sarbacane, 144 pages, 19,50 euros. ...

    Des Belges à l’ouest !

    Gringos Locos, Schwartz et Yann. Editions Dupuis, 52 pages, 15,50 euros Inquiet des progrès ...

    Geluck se démultiplie avec son Chat

    Le Chat, tome 20 : Le chat fait des petits, Philippe Geluck. Editions Casterman, ...