Un héritage à coucher dehors mais à se plonger dedans

    a-coucher-dehors_couvA coucher dehors, Aurélien Ducoudray (scénario), Anlor (dessin). Editions Grand Angle, 56 pages, 13,90 euros.

    Après Amère Russie, Aurélien Ducoudray et Anlor récidivent ensemble pour un nouveau diptyque, toujours chez Grand Angle et toujours dans la même veine. En moins tragique et à Paris cette fois.

    Trois clochards, Amédée, Prie-Dieu (pour son culte très très oécuménique) et Merguez (un Congolais grand brûlé) vivent plutôt à la cool dans leurs petites tentes posées en bords de Seine, juste dérangés ponctuellement par les policiers. Mais voilà qu’Amédée apprend qu’une de ses tantes qui vient de décéder lui a légué son pavillon de banlieue. Avec cet héritage, pas de dettes ou de coups fourrés, mais une seule condition : que l’héritier s’occupe de son neveu, Nicolas. Trisomique et fasciné par la conquête spatiale version Youri Gagarine, ce dernier est aussi adepte des disparitions surprises. Tout ce petit monde va devoir apprendre à vivre ensemble…

    Des steppes du Caucase à la banlieue pavillonnaire parisienne, le récit se fait forcément moins “exotique” que dans Amère Russie, et n’a plus la tension inhérente aux situations tragiques de guerre. En revanche, on retrouve ici la même sensibilité dans la description et l’attachement porté aux personnages, cabossés par la vie mais très sympathiques.

    La corde est sans doute facile, et la “labelisation” de l’album par la Fondation Perce-Neige créée par Lino Ventura lui donne un côté caritatif superflu. Mais la chaleur de cette petite communauté atypique rayonne et la générosité parfois burlesque du récit évite la mièvrerie. Il en va de même du dessin d’Anlor (révélé notamment par le prix des Lycéens picards lors du festival d’Amiens 2012), qui se fait d’albums en albums plus sûr et expressif.

    On peut aussi faire de bons albums avec des bons sentiments. A confirmer dans la seconde partie de l’histoire.

    capture-decran-2016-10-27-a-12-26-18

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Enquêtes

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER !0TRISTE0GrrrrMerci !

    Au coeur du vide existentiel contemporain

    L’homme qui n’existait pas, Cyril Bonin, éditions Futuropolis, 56 pages, 16 euros. Dans son ...

    L’émouvant épouvantail de Renaud Dillies s’installe chez Bulle en stock ce samedi

    L’émouvantail, Renaud Dillies. Editions de la Gouttière, 32 pages, 10,70 euros. Parution 18 janvier ...

    Patfawl a la santé

    Carnets de santé, Patfawl, éditions Igomatik, 52 planches, 3,20 euros. “Rire de notre malheur ...

    Peleliu, du paradis à l’enfer du Pacifique

    Peleliu, Kazuyoshi Takeda (scénario et dessin), avec le concours de Masao Hiratsuka pour la ...

    Sixtine à l’abordage

    Sixtine, tome 1: l’Or des Aztèques, Frédéric Maupomé (scénario), Aude Soleilhac (dessin). Editions de ...