Un regard bienveillant sur la “trilogie des malfaisants”

    Trilogie des malfaisants_couvLa trilogie des malfaisants, Philippe Chanoinat (scénario), Maëster, Coquelet, Borot, Tesse (dessin). Editions Jungle, 48 pages, 14,95 euros.

    Ce dimanche soir, pour la énième fois, Les Tontons flingueurs repassent à la télévision (sur France 2),  assumant désormais pleinement leur statut de film-culte transgénérationnel. Un statut qui aurait sans doute bien surpris ses auteurs lorsqu’ils conçurent cette petite comédie d’espionnage loufoque et san prétention, mais porté par un casting d’enfer et des dialogues au sommet du talent gouailleur d’Audiard. De quoi oublier un peu le réalisateur, Georges Lautner ?
    C’est à lui que Philippe Chanoinat dédie cet album. Un exercice d’admiration et d’hommage, après le décès du réalisateur, en novembre 2013.

    Pour cela, Chanoinat a réuni trois films et quatre dessinateurs. Les tontons flingueurs, bien sûr, mais aussi Les Barbouzes, sa fausse suite sortie l’année suivante (en 1964) et le moins connu Ne nous fâchons pas (1965)…

    En plus d’un long portrait chaleureux de Lautner et d’un florilège de savoureux extraits de dialogues, l’ouvrage consacre quelques lignes aux membres emblématiques de la famille, devenus si familiers à tous en effet : Audiard bien entendu et les acteurs, Lino Ventura, Bernard Blier, Jean Lefebvre, Robert Dalban, Michel Constantin et Mireille Darc, qui apportait une touche de glamour dans ce monde très testostéroné.

    Et surtout, il y a les dessins. De superbes caricatures pleine page, dans des styles différents, mais assez complémentaires.

    Maëster livre carrément un résumé muet mais ô combien expressif des Tontons. Tesse et coquelet, dans un style plus numérique et photo-réaliste, restituent des instants forts des Barbouzes. Borot ajoute la couleur pour son évocation de Ne nous fâchons pas et fait surgir presque les personnages de Jean Lefebvre ou  Michel Constantin des pages.

    Bien sûr, l’effet “madeleine de Proust” fonctionne à hauteur de la connaissance préalable du film. Et donc à l’avantage du premier sur le troisième. Mais c’est là une belle petite manière de retrouver tout ce petit monde. Entre deux retransmissions télévisées.

    Trilogie des malfaisants_maëster_planche

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Que la farce soit avec toi !

    Le retour de la guerre du retour contre attaque, Thierry Vivien, éditions Jungle, 200 ...

    Ces héros de BD d’hier, et d’aujourd’hui

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER !0TRISTE0GrrrrMerci !

    La vie surréaliste à Tel Aviv

    K.O. à Tel Aviv, tome 3, Asaf Hanuka. Editions Steinkis, 88 pages, 18 euros. ...

    Charles de Gaulle appelé par l’Histoire de France

    Charles de Gaulle, épisode 2: 139-1940, l’homme qui a dit non, Jean-Yves Le Naour ...