Une grande victoire paternelle contre l’autisme

     Les petites victoires, Yvon Roy. Edition Rue de Sèvres, 152 pages, 17 euros.

    Marc a tout pour être heureux. Ce Québécois trentenaire est avec une femme qu’il aime, un métier passionnant (il est un dessinateur de bandes dessinées) et comble du bonheur vient d’être le papa d’un génial petit garçon, Olivier. Cependant ce tableau idyllique se fissure petit à petit. Observant un trouble du comportement chez leur enfant alors âgé de 3 ans, le couple décide de consulter. Le diagnostic tombe comme un couperet : leur fils est autiste !
    C’est un coup de tonnerre dans la vie de Marc, qui d’abord s’enferme dans sa douleur et vient à se séparer de sa femme. Puis progressivement, il décide de redresser la tête pour tenter d’entrer dans celle mystérieuse et angoissée de son fils.  « Fiston, toi et moi, on va explorer » confie-t-il un jour à son fils… Commence alors  une longue et patiente exploration en terre inconnue.

    Suivant son instinct, le père qui décide de se consacrer entièrement à son fils  tente de le sortir de sa forteresse mentale en expérimentant ses propres méthodes, parfois aux antipodes des conseils des spécialistes. A force de détermination et de courage, malgré les violentes crises de cette maladie mentale qui altère la communication, Marc et Olivier réussissent à nouer des liens extraordinaires,  déjouant tous les pronostics médicaux. Patiemment, ils engrangent des petites victoires au quotidien, en chassant les angoisses, à force de répétition : comme apprivoiser les petites poussières repoussantes dans l’eau du bain, bien regarder dans les yeux, goûter à une bonne partie de basket-hot dog ou encore pouvoir passer une nuit à la belle étoile sous une toile de tente ou aller pêcher en barque sur le lac…

    Avec ce récit poignant et émouvant, l’auteur Yvon Roy raconte en fait sa propre histoire, celle d’un père d’enfant autiste qui a cherché  par ses propres moyens à sortir son fils de son enfermement psychologique. Connu pour son adaptation en bande dessinée du roman québécois Agaguk, racontant les aventures d’un esquimau, l’auteur s’est laissé persuader de coucher sur les planches cette expérience personnelle, avec succès.

    Au fil des cases, on partage les émotions de ce père-courage devant lutter contre la maladie de son fils dont les crises peuvent surgir à n’importe quel endroit et n’importe quel moment. Avec lui, on se laisse émouvoir par chacune de ses « petites victoires »  montrant qu’un enfant autiste peut vivre presque comme un autre, si tant est qu’on essaie de le comprendre. Le trait simple et « intimiste » du dessin en noir en blanc permet de porter avec efficacité ce récit où les sentiments prédominent. C’est aussi pour les personnes concernées à travers un proche par cette maladie,  une formidable leçon de courage et un message d’espoir.

    Cette bande dessinée devrait enfin plaire à ceux ayant adoré Les pilules bleues de Frederik Peeters, traitant de la séropositivité enfantine, ou encore au cinéma de La guerre est déclarée de Valérie Donzelli, sur la découverte du cancer de son jeune enfant. Quand le combat contre maladie mène à de grandes victoires !

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste depuis près de 20 ans, dans différents titres de la presse locale, tombé dans la marmite des bulles, quand il était petit, en découvrant Snoopy puis les aventures d'un naufragé du A, des Tuniques bleues ou encore d'un Gentilhomme de fortune accompagné d'un célèbre révolutionnaire russe. Toujours passionné de BD, a collaboré à l'éphémère magazine BachiBouzouk, écrit un mémoire sur "L'Association" en 1999 sous la direction de Pierre Christin (IUT de journalisme de Bordeaux) puis aujourd'hui chroniqueur à Bulles Picardes.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Une belle tranche de rock à la polonaise

    Fugazi Music Club, Marcin Podolec, Gallimard, 192 pages, 20 euros. Voici une histoire bigrement ...

    La couleur des sentiments

    Couette, tome 1 : tombée du ciel, Séverine Gauthier, MiniKim, éditions Dargaud, 32 pages, ...

    Zaya, sans temps morts

    Zaya, tome 3, Jean-David Morvan, Huangjiawei, éditions Dargaud, 64 pages, 14,99 euros. Parution le ...

    “Malaterre”, meilleur album de l’année pour RTL

    Malaterre, le dernier album de Pierre-Henry Gomond vient d’obtenir le “Grand Prix RTL de ...

    Le Prix des collégiens samariens 2018 sort du bois !

    Le prix des collégiens samariens, organisé dans le cadre des Rendez-vous de la bande ...

    Eté indien en rouge et noir

    Scalped, de Jason Aaron, R.M.Guéra, collection Vertigo, éditions Urban Comics, 128 pages, 14 euros. ...