Une pilule pas trop difficile à avaler

    Les cobayes, Tonino Benacquista (scénario), Nicolas Barral (dessin). Editions Dargaud, 96 pages, 17,95 euros.

    C’est un univers assez méconnu qui se découvre dans ce nouveau one-shot signé Benacquista et Barral, celui des laboratoires pharmaceutiques et des protocoles de tests des nouveaux médicaments. Ici, deux hommes et une jeune femme sont sélectionnés pour tester un nouveau antidépresseur aux effets révolutionnaires.
    Après 21 jours d’essais cliniques ardus, lestés des 3 500 euros de dédommagement prévus, les trois volontaires retrouvent leur vie. Et même nettement mieux.
    Souffrant de troubles de la mémoire, Daniel devient hypermnésique. Parvenant ainsi à dépasser son trauma d’enfance, il tente de faire fructifier son talent au casino. Romain, amant pitoyable et impuissant devient une bête de sexe et s’adonne à existence de gigolo de luxe à Venise. Et Moïra, jeune peintre sans talent, devient la coqueluche du monde de l’art et la vedette “hype” du moment à New York. Mais ces “effets secondaires” vont aussi avoir leur revers, dramatique, pour les trois « cobayes »…

    Le duo de Dieu n’a pas réponse à tout se retrouve ici autour d’un thème assez original et finalement assez démiurgique aussi :  autour de ces petites molécules artificielles pouvant changer le comportement humain. Traité sur le mode du thriller tout autant que de la fable, et structuré comme une tragédie classique en trois actes, cet album vaut surtout pour sa première partie, avec la description fine de cet univers médical des “testeurs volontaires” et le portrait bien brossé des trois personnages principaux. Par la suite, le récit glisse  vers un thriller plus classique, non dénué d’une morale tout autant traditionnelle – ou tout bénéfice indu se doit d’être “payé” – avant de s’éparpiller un peu dans une ambiance de polar à la fin ouverte.

    Si la pilule n’est pas si miraculeuse que ça, l’histoire s’avale néanmoins bien. L’ensemble demeure distrayant et bien rendu par le dessin réaliste et sobre de Nicolas Barral.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    La banquise en folie

    Ecolomancho, tome 1: éternelle banquise, Jicé, Parno, éditions Pat à pan, 48 pages, 12 ...

    Johnny Red avec les têtes brûlées soviétiques

    Johnny Red, tome 2: le diable rouge, Tom Tully (scénario), Joe Colquhoun (dessin). Editions ...

    “Grand prix” en mérite un !

    Grand prix, tome 3 : Adieu, Marvano, éditions Dargaud, 56 pages, 13,99 €. Le triptyque ...

    Chaud effroi à la scandinave

    Gudesonn, t.1: la nuit de Walpurgis, Eric Adam, Pierre Boisserie et Didier Convard (scénario), ...

    Echappée spéciale avec Gagarine

    La guerre secrète de l’espace, tome 2 : Gagarine, Régis Hautière, Damien Cuvillier, éditions ...