Une somme sur la Grande Guerre en BD

    Grande Guerre et BD_luc révillonLa Grande guerre dans la BD, un siècle d’histoires, Luc Révillon. Beaux Arts édition – Musée de la Grande Guerre du pays de Meaux, 240 pages, 29 euros.

    Alors que le Musée de la Grande Guerre de Meaux accueille, ce samedi 28 mai, son premier salon de la bande dessinée sur 14-18, c’est l’occasion rêvée d’évoquer et de revenir sur ce livre de l’historien Luc Révillon, commandité justement par le musée dirigé par Michel Rouger, qui s’affiche volontiers grand fan du 9e art. Et dans sa préface, il souligne combien son musée “entretient des liens étroits avec la BD: des exemplaires du Bon-Point amusant, de la Semaine de Suzette ou encore des Trois couleurs au sein des collections ; une fresque dans la salle d’introduction tirée d’un dessin original ; des ateliers d’initiation à la bande dessinée pour les groupes scolaires ; un rayon BD au sein de la boutique qui connaît un beau succès...” Auxquels on pourrait encore ajouter l’expo consacrée, l’an passé à Pat Mills et la Grande Guerre de Charlie et le fait que le musée est né, en grande partie, des collections cédées par Jean-Pierre Verney, collaborateur attitré de Tardi. Bref, ces liens entre Grande Guerre et BD ne sont plus à démontrer. Et ils se concrétisent dans cette Grande Guerre dans la BD. Et dans la superbe double couverture originale réalisée par Maël…

    Dans ce gros volume, à la lecture très facile, Luc Révillon tente la synthèse à la fois thématique et chronologique sur le traitement de la Première Guerre mondiale à travers la bande dessinée.

    Les Pieds Nickelés, par Forton, en 1915.
    Les Pieds Nickelés, par Forton, en 1915.

    L’approche est principalement temporelle, avec la production durant le conflit et dans les années immédiates qui ont suivi, avec des “illustrés” destinés aux enfants et non dénués d’orientations très “patriotiques”. Deuxième époque, 1940-1969 avec la “moralisation de la bande dessinée”, marquée, entre autre, par les histoires édifiantes d’Oncle Paul dans Spirou et d’autres oeuvres à but pédagogique. La rupture, ici aussi, se fait dans la période post-68, avec l’arrivée d’une BD plus adulte, plus contestataire incarnée par Tardi ou en Grande-Bretagne, la Grande Guerre de Charlie. Enfin, la période contemporaine, plus libérée sans doute sur le sujet et qui a vu fleurir les récits dans tous les horizons.

    Synthétique et argumenté, à mi-chemin du livre d’histoire de l’art (du 9e art) et du beau livre – par la profusion et la qualité des documents et planches reproduites – l’ouvrage s’enrichit aussi de trois longs entretiens passionnants avec Pat Mills, Kris (pour sa série Notre Mère la Guerre, considérée justement comme la “synthèse exemplaire” sur 14-18) et Olivier Supiot, autour de sa Patrouille des invisibles.

    Ajoutons aussi sur un mode plus ludique la reprise de quelques planches-gags anachroniques de La Tranchée de Desmouette et Chambon de David Mitzinmacker et Guillaume Champaux (qui signent d’ailleurs l’affiche des rendez-vous de la BD de Meaux). De quoi apporter une touche d’humour. Et qui permet de rappeler, comme le conclut Luc Révillon que “la bande dessinée, au même titre que le roman, le film ou la série télévisée, contribue à la construction de notre imaginaire. Au lecteur de ne pas la tenir comme LA vérité historique”.

    En revanche, côté véracité historiographique sur le genre, ce pavé apparaît comme la bonne référence (les 7 pages serrées de bibliographie qui finissent l’ouvrage sont aussi là pour le démontrer).

    Grande_Guerre_et_BD_tranchée_Desmouette_planche

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Jagaaan, monstrueuse pêche aux grenouilles 

                xxxxxxxxxxxxxxxxxx  Jagaaan (série en cours), Muneyuki Kaneshiro (scénario), ...

    La nuit fièvreuse de Mayuko

    Les monstres de Mayuko, de Marie Caillou, éditions Dargaud, 64 pages, 19,95 euros. Parution ...

    Une idée de cadeau de Noël (7/8) : On dit oui à Andy !

    Andy, un conte de faits, Typex. Editions Casterman, 562 pages, 35 euros. Andy Warhol ...

    Fritz Haber plein gaz

    Le troisième tome de Fritz Haber de David Vandermeulen vient de paraître. On avait ...

    Jean Solé, drôle d’animal

    Animaleries, Jean Solé. Editions Fluide glacial, 64 pages, 25 euros. Gotlib le révèle et ...

    Les belles âmes de Dublin de Kokor

    Supplément d’âme, Kokor, éditions Futuropolis,130 pages, 19 euros. Le Havrais Kokor (auteur notamment de ...