Valérian et Laureline,la nostalgie du futur

    Valérian et Laureline, tome 22 : Souvenirs de futurs, Pierre Christin, Jean-Claude Mezières, éditions Dargaud, 56 pages, 11,99 euros.

    Voilà trois ans, l’OuvreTemps, apportait le point final à la saga des deux plus célèbres agents spatio-temporels de la BD franco-belge, le sympathique Valérian et la charmante Laureline. Et ses deux auteurs, Pierre Christin et Jean-Claude Mézières assuraient qu’il n’était pas question de galvauder la série avec l’album de trop ou des suites purement commerciales.

    Depuis, Larcenet a commis une réjouissante déclinaison, apportant sa pierre à l’univers créé il y a plus de quatre décennies déjà. Avec ces Souvenirs de futurs, ce sont pourtant bien cette fois Christin et Mezières qui rempilent (et qui avouent avoir déjà matière pour un deuxième album du même style).
    Contradictoire ? Pas tant que ça. “Le cycle est terminé, assène (dans le dossier de presse) Jean-Claude Mézières, mais Pierre Christin et moi ne sommes pas encore morts ! Nous continuons à nous poser des questions sur la vie de nos personnages.” Et le scénariste de renchérir : “Nous revisitons Valérian et Laureline en changeant de point de vue”, avec la volonté d’apporter un “éclairage différent sur la série tout en nous amusant”. Et avec un brin de mauvaise foi, on peut aussi arguer que, de toute façon, la thématique du voyage dans le temps permet, justement, tous les allers-retours possibles dans tous les coins de l’univers, comme ici…

    De fait, ce nouvel album n’est pas une 22e aventure de Valérian et Laureline. Plutôt une tentative de combler une certaine nostalgie du futur, en remettant en lumière des aspects juste esquissés au fil des précédentes histoires.  Avec un ton léger, il se rapproche plus, à ce titre, de l’Atlas cosmique – les habitants du ciel (que les deux auteurs songent à ressortir dans une version augmentée).

    Cette dizaine de récits courts, racontés par les héros eux-mêmes, permet de revisiter des sites emblématiques, comme Alfolol, Syrte la magnifique, Point Central ou le New York immergé de la Cité des eaux mouvantes. C’est aussi l’occasion de retrouver des personnages marquants, tels les inoubliables Shingouz, les guerriers Kamuniks, les héros de l’équinoxe, le créateur des terres truquées, etc. Et, vrai inédit, dans la première histoire, de comprendre pourquoi Laureline a choisi son destin spatio-temporel plutôt que ce qui l’aurait attendu dans la forêt d’Arelaune…

    Première satisfaction, l’ambiance doucement ironique qui fait le sel de la série est bien toujours là, tout comme l’imagination débordante des auteurs dans la retranscription de ce foisonnant univers.

    Ce clin d’oeil anecdotique – mais plein d’empathie sur cette saga phare du 9e art – devrait être apprécié proportionnellement à la bonne connaissance des albums précédents. En revanche, il est inutile de posséder ces connaissances pour être séduit par les superbes dessins de Jean-Claude Mézières en double page et en couleurs directes qui ouvrent chaque chapitres, comme autant de tableaux très évocateurs !

    Comme le souligne encore Christin : “J’ai passé quarante années de ma vie en leur compagnie, je ne peux pas couper le cordon du jour au lendemain !” Un sentiment que l’on peut aisément comprendre… et partager !

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Conrad et Frissen bétonnent

    Le Duc Béton, tome 1: l’homme au masque de cuir, Didier Conrad, Jerry Frissen. ...

    Raffini, so british !

    L’Inconnue de Tower Bridge (une enquête du commissaire Raffini), Rodolphe (scénario), Christian Maucler (dessin). ...

    Deux histoires du feu de dieux…

    Des dieux et des hommes, t.2: entre chiens et loups, de Jean-Pierre Dionnet, Baldazzini ...

    RIP Roger, fameux cosmique troupier

    Cosmik Roger & les femme, tome 7, Julien & Mo / CDM, éditions Fluide ...

    Prokon et profond à la fois

    Prokon, Peter Haars. Editions Matière, 64 pages, 13 euros. Produire et consommer. Produire ce ...

    Un jour sans Jésus et encore un épisode renversant

    Un jour sans Jésus, tome III/VI, Nicolas Juncker (scénario), Chico Pacheco (dessin). Editions Vents ...