Valérian vu par Lauffray et Lupano, tout sauf Terre à terre !

    Shingouzlooz Inc., Wilfrid Lupano (scénario), Mathieu Lauffray (dessin). Editions Dargaud, 56 pages, 13,99 euros.

    Six ans après Larcenet, et peut-être pour s’inscrire dans le sillage du film de Luc Besson, c’est au tour de deux autres grands auteurs, Wilfrid Lupano et Mathieu Lauffray de donner leur vision de Valérian. Avec une aventure débridée aux multiples emboîtements.

    Envoyés capturer Mr Zi-Pone, un androïde hébergeant dans son corps deux paradis fiscaux, Valérian et Laureline voient débarquer brusquement les Shingouz affolés, poursuivis par un Monsieur Albert furibard. Les trois créatures ont commis, en effet, une “petite boulette”. Ils avaient créé la shingouzlooz, société d’exploration spatiale chargée d’acquérir des planètes non répertoriées… qui venait de récupérer la Terre, à la suite de l’envoi par erreur d’une sonde spatio-temporelle avant l’apparition de la vie sur la planète bleue. Mais ils ont perdu au jeu leur société, désormais propriété du terrible Sha-Oo, “l’assoiffeur de monde”, qui fait du commerce de l’eau qu’il aspire sur les planètes !
    Tandis que Laureline et Monsieur Albert tentent d’aller négocier la survie de la Terre auprès de Sha-Oo (qui n’est pas seulement intéressé par l’eau terrestre), Valérian et les Shingouz sont écartelés entre la destruction de la sonde et la récupération de Zi-Pone, dont la tête a été emportée par un Qwanthon, un thon à migration quantique. Et ce d’autant que le Superintendant, qui a fait quelques placements hasardeux avec l’argent de la caisse de retraite de Galaxity, en fait une priorité absolue…

    Résumé de la sorte, Shingouzlooz Inc peut sembler bien complexe. En fait, tout au contraire, cette variation drôlatique de Valérian s’avère d’une grande fluidité. Tous les éléments se dévoilent comme dans une poupée russe : chaque rebondissement en cache un autre jusqu’à au clin d’oeil final, ironique et bien dans la veine de la science-fiction “jubilatoire et décalée” que Wilfrid Lupano déclare avoir voulu faire avec cet album hommage.
    L’album reste bien dans le ton de la série de Christin et Mezières par ses éléments “référentiels” des aventures de Valérian et Laureline : paradoxes temporels, créatures intergalactiques, plus les incontournables Shingouz et des figures emblématiques comme Monsieur Albert ou même le superintendant de Galaxity. A ces emprunts, le scénariste des Vieux Fourneaux (entre autre succès) ajoute une pointe de modernité à l’arrière-fond politique de la série, avec la mise en scène d’une finance totalement hors de contrôle (et pas seulement quand l’hébergeur de multiples sociétés off shore se retrouve ingurgité par un poisson quantique).
    Côté graphisme, après l’épisode très caricatural de Larcenet, Mathieu Lauffray donne un style plus réaliste aux agents spatio-temporels et s’offre quelques belles séquences spectaculaires.

    Bref, amusant et respectueux, ce nouveau prolongement de la galaxie Valérian reste aussi un bon placement.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Le jour où Fangio est devenu une expression

    Nürburgring 57, Texte et dessins : Christophe Merlin. Editions Glénat, collection Plein Gaz. 48 ...

    Parfum de nostalgie

    Gaston hors-série. Des gaffes et des chats, dessin et scénario : Franquin avec l’aide ...

    De l’héroïc fantasy médiévale lumineuse

    LUMINAE, livre 1: La dame perdue, Bengal, editions Ankama, 80 pages, 14,90 euros. Entre ...

    Nobody Owens, un inconnu qui gagne à être connu

    L’étrange vie de Nobody Owens, vol1 et vol 2, Neil Gaiman, P.Craig Russel (scénario). ...

    Le grand chambardement

    La Guerre des Amants – Tome 1 ; Rouge Révolution, Jack Manini & Olivier Mangin. Editions ...

    Les Bidochon entrent au musée

    Un jour au musée avec les Bidochon, Binet, Ramade, Lacote, éditions Fluide glacial, 92 ...