Vasco, percepteur de la Reine

    Vasco, tome 25: les enfants du Vésuve, Gilles Chaillet (scénario), Dominique Rousseau (dessin). Editions Le Lombard, 48 pages, 12 euros.

    royaume de Naples, victime de la peste, est très appauvri, les impôts ne rentrent plus et les coffres de la reine Jeanne de Naples sont désespérément vides, menaçant la cour de moindres largesses. C’est alors que Vasco Baglioni, neveu et représentant du riche banquier Tolomeï, se voit proposer le fermage des impôts. Mais les temps sont durs. Naples réduite à la famine, crève de faim, des voleurs en bandes organisées s’attaquent aux collecteurs d’impôts et la dynastie angevine est détestée par la population qui voit en elle la cause de tous ses malheurs. Travailler pour les Français, c’est trahir et refuser de le faire est mauvais pour les affaires.

    Dans cette série historique, qui se déroule à l’époque où le Moyen Age s’efface devant la Renaissance, l’auteur montre avec intelligence comment les vieilles valeurs morales de la chevalerie disparaissent peu à peu au profit des banques et d’un monde régi par la finance. Ce récit charpenté et bien installé sur une documentation sérieuse nous fait découvrir un pan mal connu de notre histoire. Si les images d’Epinal des batailles de Pavie ou de Marignan sont bien connues, peu savent les raisons de l’aventure italienne des rois de France. Lire Vasco est une façon agréable de se rafraichir la mémoire.

    Sur un scénario du défunt Gilles Chaillet cet album magistralement dessiné par un Dominique Rousseau – qui se coule avec bonheur dans le style du créateur de Vasco – ne peut que réjouir les nombreux admirateurs de cette série culte;

     

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    La croisière des zombies

    Gold of the dead, Fred Weytens (scénario), Yan Le Pon (dessin). Editions Paquet, 64 ...

    Familistère d’aventures pour les Lulus

    La Guerre des Lulus, tome 3: 1916 – Le tas de briques, Régis Hautière ...

    Enola sur le toit du monde

    Enola, tome 4: le yéti qui avait perdu l’apétit, Joris Chamblain (scénario), Lucile Thibaudier ...

    Aux Amériques

    [media id=27 width=320 height=240] Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER !0TRISTE0GrrrrMerci !

    Mai 68 (5/6): Romances sous (et sur) les pavés

    Sous les pavés, Warnauts, Raives. Editions Le Lombard, coll. Signé. 80 pages, 14,95 euros. ...

    Les passions s’exacerbent dans les deux mondes

    Le Grand Mort, tome 4 : Sombre, Régis Loisel, Jean-Blaise Djian, Vincent Mallié, éditions ...