Wake Up, l’histoire d’une émancipation américaine

    Wake up America, John Lewis, Andrew Aydin, Nate Powell. Editions Rue de Sèvres, 128 pages, 13 euros.

    L’automne dernier, avec la commémoration du cinquantième anniversaire du discours de Martin Luther King, puis la sortie du film (moyen, mais c’est une autre histoire) Le Majordome de Lee Daniels, la question de l’émancipation des noirs américains dans l’après-guerre a retrouvé une certaine actualité. Wake Up la prolonge.

    Dans ce témoignage dessiné et auto-biographique, John Lewis, compagnon de Luther King et député démocrate rappelle ce long, et parfois dramatique, “réveil” dans les années 50 et 60. Pas forcément très connu ici, Lewis fut l’un des “big six”, ce groupe du mouvement pour les droits civiques dont fit partie King. Ce premier volume couvre la période 1940-1960, qui voit naître les revendications anti-ségrégationnistes.

    Après une incise contemporaine – et la visite d’une famille noire dans son bureau du congrès, avec deux enfants en symbole de passage de témoin – le récit se fait classiquement chronologique. Fils de petits fermiers d’Alabama, le jeune Lewis se prend d’abord de passion pour les poules. Un attachement dans lequel transparait déjà l’intérêt et l’attention pour l’autre. Une motivation et une volonté de lutter contre l’injustice de la vie qui ne quitteront plus le futur congressman. L’enfant découvre progressivement la réalité de la ségrégation – les lieux réservés pour les noirs, les vieux bus pourris pour aller dans l’école déshéritée, les lynchages blanchis (sans jeu de mot) par la justice, etc. Puis s’enchaînent les grands épisodes de cette marche pour la liberté, mêlés à la vie de King : la décision de la Cour suprême de déclarer inconstitutionnel le principe de ségrégation scolaire, en 1954 ; les premiers discours  de Martin Luther King (que Lewis découvre un dimanche matin à la radio de Montgomery);  le refus de Rosa Parks, le 1er décembre 1955 de monter à l’arrière d’un bus, puis son arrestation enclenchant un boycott; le premier sermon de King, à 16 ans, sa rencontre avec Martin Luther King en 1958 ; le début de son activisme avec les sit-in non-violents à Nashville; la première arrestation, en février 1960

    Co-scénarisé par Lewis lui-même et son assistant parlementaire, l’album fait, forcément, dans le plaidoyer pro-domo pour la démarche non-violente qu’il avait choisi. Mais Lewis se fait modeste témoin et passeur d’une aventure qui le dépasse. Sobre, le récit est émouvant et très instructif. Et le dessin de Nate Powell, en noir, blanc rehaussé de gris met en scène de façon limpide l’histoire, dans un style faisant un peu songer à Will Eisner. Ce premier volet donne en tout cas envie de suivre cette marche “vers une Amérique meilleure”.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Des guerrières joliment destroy

    Les guerrières de Troy, tome 2: l’or des profondeurs, Christophe Arleston, Melanÿn (scénario), Dany ...

    Viva la revolución ! avec Kris et Maël

    Notre amérique, deuxième mouvement: un printemps mexicain. Editions futuropolis, 64 pages, 16 euros. A ...

    Jean-Marc Rochette au sommet

    Ailefroide, Jean-Marc Rochette (scénario et dessin), Olivier Bocquet (scénario). Editions Casterman, 296 pages, 28 ...

    Largo Winch : de la BD au cinéma, un business de milliardaire !

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER !0TRISTE0GrrrrMerci !

    Jeu de cartes avec le Chat

    Bons baisers du Chat, Philippe Geluck. Editions Casterman,19,95 euros. S’il se fait plus rare ...

    Un jour sans Jésus et encore un épisode renversant

    Un jour sans Jésus, tome III/VI, Nicolas Juncker (scénario), Chico Pacheco (dessin). Editions Vents ...