Waterloo, l’histoire de la légende

    Waterloo_couvWaterloo, le chant du départ, Bruno Falba (scénario), Christophe Regnault (story board), Maurizio Geminiani (dessin). Editions Glénat, 96 pages, 19,50 euros.

    Les éditions Glénat, dans leur série “Ils ont fait l’Histoire” avait déjà entrepris de raconter la saga napoléonienne. Profitant de l’opportunité du bicentenaire de l’événement, le 18 juin 2015, elle consacre ici un gros one-shot à la bataille de Waterloo.

    La bataille, qui a vu s’affronter les armées de l’empereur aux anglo-prussiens de Wellington et Blücher, est racontée ici à travers le témoignage du chirurgien en chef de la garde de Napoléon. Juste après avoir évité de peu le peloton d’exécution, il est amené au général en chef prussien (dont on apprendra qu’il a sauvé la vie à l’un de ses fils). Tous deux reviennent sur le déroulement de cette bataille devenue légendaire. L’audace de Napoléon décidé à bousculer les coalisés européens avant qu’ils aient pu se rassembler, les péripéties et petites lâchetés à l’Etat-major, la trahison de certains, les mauvaises décisions d’autres, l’assaut acharné et vain contre le fortin d’Hougoumont, la charge inutile et sanglante de Ney contre les troupes anglaises, le dernier carré de la Garde commandée par Cambronne qui ne se rend pas…

    Toute la bataille est ici rappelée très précisément. Et ce dans les deux camps, en suivant alternativement les décisions tactiques de Napoléon, de Wellington ou de Blücher, et en faisant revivre, avec dynamisme les personnages qui s’illustrèrent sur le champ de bataille. Le récit est complété par un dossier de 15 pages rédigé par Jean Tulard (historien de référence sur la période napoléonienne) qui revient encore plus en détails sur le déroulement de la bataille, mais aussi sur la place légendaire qu’elle occupe.

    Bref, un ouvrage sérieux et une bande dessinée historique qui devrait être appréciée de ceux qui s’intéressent à l’époque napoléonienne. Il est juste dommage que le dessin de l’Italien Maurizio Geminiani ne soit pas franchement à la hauteur de l’entreprise. Juste esquissé parfois dans les scènes de combats et avec un bizarre trait blanc autour des silhouettes qui leur donnent l’impression d’être collées sur l’image. Une faiblesse graphique qui vient affaiblir la réussite de cette tranche d’histoire militaire et historique.

    Waterloo_planche

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    De quoi mordre à l’Appât du nouveau XIII

    XIII, tome 21 : l’Appât, Yves Sente, Iouri Jigounov. Editions Dargaud, 56 pages, 11,99 ...

    Le 9e art de s’en moquer

    L’art du 9e art, Emmanuel Reuzé. Editions Fluide glacial, 128 pages, 18,90 euros. Pour ...

    L’éternel Lefranc

    Lefranc, tome 23 : l’éternel Shogun, Robberecht, Regric, d’après Jacques Martin, editions Casterman, 48 ...

    La Guerre des amants : tableau final

    La Guerre des amants, tome 3: jaune Berlin, Jack Manini (scénario), Olivier Mangin (dessin). ...

    Zep dans le sexe à corps perdus

    Esmera, Zep (scénario), Vince (dessin). Editions Glénat, 24 euros. A la rentrée dernière, avec ...