Les cinq albums en lice pour le prix ACBD Comics, entre super-héros emblématiques et oeuvres d’auteurs marquantes

    Cinq albums sont en lice pour le prix Comics ACBD 2020, dont le lauréat devrait être révélé mi-octobre. 

    Le second prix Comics ACBD est sur le point d’être révélé. Et parmi les cinq albums appelés à succéder à Mister Miracle, premier lauréat, l’an passé, la sélection ne sera pas facile, vu le niveau de la sélection. Ce qui est plus évident, en revanche, et plus encore que l’an passé, c’est la volonté de prendre en compte un spectre élargi de “comics”. Et pas le réduire à la seule sphère des aventures de super-héros en collants moulants. Ceux-ci ne sont cependant pas oubliés – étant une partie intégrante du genre.

    Ce sera le cas ici avec L’histoire de l’univers Marvel, de Mark Waid et Javier Rodriguez, et traduit par Mathieu Auverdin (Panini Comics). Une histoire en un seul volume qui vise à donner la cohérence interne de l’univers Marvel. Incontestablement intéressant. Mais cette bible illustrée du récit mythique du plus emblématique représentant de l’industrie des comics a, justement, un peu les inconvénients de l’autre Bible: une accumulation de récits et de personnages qui n’en fait pas pour autant une histoire très dynamique.

    Le second ouvrage retenu s’apparentant à ces classiques est Batman Créature de la nuit, scénarisé par Kurt Busiek, dessiné et mis en couleur par John Paul Leon et traduit par Jérôme Wicky (Urban Comics). Cette fois, on passe à l’univers DC Comics. Là encore avec une histoire en un seul volume. Et cette fois une belle mise en abîme du personnage de Batman, à travers un récit astucieux et très référentiel.

    Mais les “comics”, aujourd’hui, c’est un genre bien plus vaste. Première démonstration avec Sur la route de West, de Tillie Walden et traduit par Alice Marchand (Gallimard). Une jeune autrice qui bâtit une oeuvre à la fois très personnelle – questionnant toujours l’identité et l’orientation sexuelle – et multiple, entre genre… et genres. Après la SF délirante de xx, c’est un étrange road-trip fantasy au Texas qu’elle déroule ici. Avec une imagination et un talent certains.

    Autre oeuvre d’auteur, dans un autre style, Mind MGMT de Matt Kindt et traduit par Thomas de Châteaubourg (Monsieur Toussaint L’Ouverture).
    Deux volumes sur les trois de ce thriller parano et paranormal sont parus. De quoi se faire déjà une bonne idée de ce récit oscillant entre l’espionnage et l’univers des super-héros. Difficilement résumable, mais résolument attractif et bien délirant quand même.

    Enfin, Kent State, de Derf Backderf et traduit par Philippe Toboul (Editions Ca et Là) montre que l’on peut lier oeuvre d’auteur et oeuvre historique, ressenti personnel et enquête approfondie. Démonstration avec ce gros livre sur la répression violente d’une manifestation étudiante en 1970 sur un campus de l’Ohio.
    Une fois encore un “one shot”, percutant et très immersif.

    Rappelons que ce prix récompense un album publié entre les mois d’octobre 2019 et septembre 2020, un album initialement publié par un éditeur anglophone, pour un public anglophone et dont la traduction est assurée par un éditeur francophone pour le marché français.

    Le prix Comics de la Critique ACBD s’inscrit dans l’exigence graphique et narrative propre aux différents prix portés par l’Association des Critiques et journalistes de Bande dessinée.

    Choisis par le comité de sélection (composé des journalistes et critiques spécialisés comics, Yaneck Chareyre, Bernard Launois, Aurélien Pigeat et Florian Rubis), les cinq albums sont ensuite soumis au vote de l’ensemble des membres de l’ACBD.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    “Charlie” à la une

    La presse satirique derrière Charlie… qui dévoile déjà sa “une”. La “une” du nouveau ...

    Le BDbus voyage à Rue

    A l’occasion des vacances de Pâques, la bibliothèque départementale de la Somme propose ce ...

    Angoulême s’apprête à rugir de plaisir !

    Programmée du 24 au 27 janvier, la 46e édition du Festival international de la bande ...

    “Seuls” réussit plutôt bien l’épreuve du passage de la page à l’écran

    Seuls, la série-phare de Fabien Vehlmann et Bruno Gazzotti (aux éditions Dupuis) sera-t-elle désormais ...