Thierry Dedieu était à Amiens ce 1er octobre, invité à la librairie Pages d’Encre dans le cadre de la 4e édition des Rendez-vous lecture en Picardie, organisé par le CR2L

    Thierry Dedieu, mercredi 1er octobre à la librairie Pages d'Encre, à Amiens.
    Thierry Dedieu, mercredi 1er octobre à la librairie Pages d’Encre, à Amiens.

    Mercredi soir, ce fut un moment passionnant aux côtés d’un auteur à la production titanesque. Thierry Dedieu a en effet réalisé pas moins de 130 parutions, sous son nom ou sous pseudo. Un retour sur sa carrière ne pouvait qu’être sélectif sous peine d’y passer la semaine.

    Ce boulimique d’histoires fait de l’image depuis tout petit. “Des dessins et des photos, explique Thierry Dedieu. A 30 ans, je voulais faire de la pub. Un ami m’a conseillé de faire de fausses affiches, ce que j’ai fait. Je voulais surtout présenter mes dessins. J’ai aussi ajouté du texte. Et lorsque j’ai présenté mon travail, on m’a engagé. Pour mes mots ! Je n’avait jamais écrit de ma vie ! J’étais totalement désemparé. Et là on m’a dit d’écrire ce que j’avais envie de lire.” Une phrase magique qui a eu pour effet d’ouvrir les vannes. “J’ai alors découvert qu’écrire était aussi jouissif que le dessin.

    Ce n’est que plus tard qu’il s’est mis à écrire des histoires illustrées. “Une fois, on m’avait demandé d’écrire une histoire, un conte de Noël. Mais il n’a pas été utilisé. Et là je me suis dit : ” Mais pourquoi ne pas revenir au dessin ? “. C’est alors que j’ai découvert la littérature illustré et enfin trouvé mon truc, ce que je voulais faire !”  En a découlé une production effrénée. Thierry Dedieu touche à toutes les techniques, aborde tous les thèmes, même les plus difficiles d’accès pour les enfants. Mais tout ce qui fait a un sens.

    une_minute_de_silenceAinsi, depuis longtemps, il souhaitait faire un livre sur la Première Guerre mondiale. “Alors avec le centenaire, je me suis dit que c’était le moment où jamais ! Pour autant, je ne voulais pas faire un énième livre perdu dans la masse.” Son livre, 14-18 est une minute de silence à nos grand-pères disparus (au Seuil), suit notamment Gustave, le grand-père de la femme de Thierry Dedieu. C’est Gustave qui introduit l’ouvrage : “Hélas, ma chère Adèle il n’y a plus de mots pour décrire ce que je vis“. S’enchaîne alors une série de superbes dessins au fusain dans des tons sépias. Des tranches de vie de tranchées et les conséquences de cette saloperie de guerre. En conclusion on peut lire la lettre de la fiancée qui s’interroge de ne plus avoir de nouvelles de Gustave. “Cette lettre n’avait jamais été envoyée car Gustave, blessé, est rentré au bercail, explique Thierry Dedieu. Je l’ai raccourcie un peu et j’ai demandé à ma fille de la recopier, en lui demandant de laisser les ratures. Comme on faisait à l’époque.

    9791023503029_1_75Autre parution de cet auteur on ne peut plus prolifique L’étrange zoo de Laverdens. L’histoire extraordinaire d’un vicomte qui voulait un zoo dans le jardin de sa propriété.

    La sortie de cet album est prévue pour le 16 octobre, mais il est d’ores est déjà disponible, en exclusivité, à la librairie Pages d’Encre. Il sera donc possible de le faire dédicacer ce samedi matin à 10h30 à la librairie. Thierry Dedieu sera également dès 15 heures à la médiathèque intercommunale de Corbie.

    Des rencontres à ne pas manquer avec cet incroyable auteur pour qui tout est prétexte à raconter une histoire que l’on boit religieusement.

    Par Gaëlle Martin

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Buller à la fac, c’est bien vu à Amiens

    Cet automne, l’Université de Picardie lancera le premier diplôme d’université de BD de France. ...

    Quand la bande dessinée tutoie les sommets à Grenoble

    Avant une interruption d’une petite semaine, pour cause de congés hivernaux, retour opportun, justement, ...

    Les trois finalistes du prix ACBD Québec 2017

    Le prix de la critique ACBD Québec de la bande dessinée québécoise a déterminé ...

    Après la Belgique, “Spirou” vient sauver la France

    Après avoir sauvé la Belgique, Spirou se penche sur l’Hexagone. Cette semaine (dans son ...

    Nouvelle vente record chez Christie’s

    La maison de ventes aux enchères Christie’s, avec le galeriste Daniel Maghen, a organisé ...