Le grand art de Hergé au Grand palais

    Grande première au Grand Palais, qui ouvre ses portes à un dessinateur de BD. Mais pas n’importe lequel et pas n’importe comment. Une expo ludique et très riche, à voir jusqu’en janvier.

    Un auteur de BD à pour la première fois l’honneur du Grand Palais. Assez logiquement, le choix s’est porté sur Hergé. Incontestablement un grand artiste. Au-delà même de Tintin. Pour bien marquer cette dimension, l’exposition visible depuis hier jeudi, débute justement sur six tableaux originaux peints par le dessinateur. Des œuvres rarement montrées, principalement de style abstrait, inspirées par Klee ou Miro. Le tout dans une reconstruction de la «Galerie Fourcart», évoquée dans l’Alph’Art, le dernier album inachevé des aventures de Tintin.

    La salle suivante enfonce le clou, avec l’accrochage de plusieurs tableaux de la propre collection de Hergé. Tableaux signés Alechinsky, Fontana ou Dubuffet, accompagnés d’une mise en scène amusante de planches de croquis de l’Alph’Art. Ces deux salles, sur les dix du parcours labyrinthique qui composent l’exposition conçue par le musée national et le Musée Hergé illustrent bien le parti pris général, résumé par Jérôme Neutres, commissaire de l’expo: « C’est son génie créatif qui est au cœur de l’exposition »…

    Un génie restitué par une scénographie à la fois spectaculaire – qui fait exploser des cases sur les murs – mais aussi intime, dévoilant des facettes méconnues de l’artiste, comme son travail d’affichiste dans les années 30. Une découverte, avec des « réclames » qui révèlent son sens de la mise en espace et les prémices de la ligne claire qu’il imposera dans le domaine « du 9e art » – la bande dessinée.

    Autre aspect très bien mis en valeur, le soin méticuleux apporté par Hergé à ses albums, à travers une belle présentation de son immersion orientale à l’occasion de la réalisation du Lotus bleu, avec un mur de traduction des idéogrammes (vrais) insérés dans l’album.

    Les planches originales sont très présentes, avec quelques raretés, comme la double planche «en couleurs» de Tintin chez les Soviets (et ce alors que Casterman prépare pour janvier une édition en couleurs de l’album !), mais aussi des pages de ses séries plus secondaires comme Quick et Flupke ou Jo et Zette ou un mur de couvertures originales du Petit Vingtième, le supplément jeunesse où est né Tintin. De nombreux croquis sont également exposés permettant de saisir tout le travail préparatoire pour saisir et figer le bon trait, la bonne expression. Et le côté ludique n’est pas oublié, avec notamment un “journal mural géant” pour exposer des anecdotes sur les albums et le Journal de Tintin ou, en toute fin d’expo une “salle à selfie”, où poser au milieu des personnages d’Hergé.

    Si la « fabrique de Tintin » est le sujet de l’expo, c’est bien Hergé qui se dévoile derrière son héros. L’artiste derrière le dessinateur. Et aussi un peu l’homme. Sobres et bien écrits, les textes qui accompagnent cette monographie (la plus importante en nombres d’œuvres et en pièces jamais présentée) éclairent judicieusement les œuvres. De quoi relire Tintin d’un autre œil. Et de démontrer que le « 9e art » à travers ces grands créateurs, est aussi à sa place en ces lieux.

    Retour aussi en images saisis au fil des déambulations de l’expo.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Dédicaces en série pour Dawid, qui passe(passe) à Amiens et Creil

    Le dessinateur Dawid sera à Amiens et Creil, encore ce samedi, pour des séances ...

    La bande annonce participative de BD6né

    Le festival BD6né, ce n’est certes que dans un mois. Mais pour participer au ...

    Les dessins enchanteurs du studio Ghibli, de l’art ludique

    Enthousiasmante exposition sur les dessins du studio Ghiblil, à voir encore pour un mois ...

    La BD au salon du livre de Saint-Quentin

    En attendant Amiens, la semaine prochaine, c’est Saint-Quentin qui fait son Festival ce week-end. ...