Rencontre d’un drôle de type d’Ovniens

    Les Ovniens, Jean-Luc Coudray (scénariste), Philippe Coudray (dessinateur). Editions La Boîte à bulles, 64 pages, 9 euros.

    L’univers est immense et ses populations extraterrestres sont multiples. Du moins celles imaginées ici par Jean-Luc et Philippe Coudray: plus ou moins humanoïdes, mais aussi insectoïdes, robots, plantes mobiles, génies réduits à une grosse tête ou en forme d’hippocampes quand ce n’est pas en créatures encore plus hypothétiques.
    Et leurs intentions sont tout aussi diverses. Certains viennent bien sûr pour envahir la Terre (mais abandonnent après avoir constaté la “personnalisation” effectuée avec l’air pollué, l’eau contaminée, la biodiversité atteinte… ou préfèrent finalement une simulation sur jeu vidéo), certains plus subtils vont se contenter d’attaquer avec des arguments, car ils ne veulent coloniser que nos esprits ; d’autres débarquent plus par curiosité et en repartent avec certaines certitudes (comme celles que les hommes, animaux évolués, “détruisent la nature et les animaux afin d’éviter que d’autres hommes n’arrivent”). Et les humains, entre eux, réagissent également différemment à ces rencontres du 3e type – et beaucoup d’autres drôles de types.

    On connaît l’humour des frères Coudray avec leur Ours Barnabé. On le retrouve en partie ici à travers une série de gags immanquablement en trois cases. Toujours loufoques, absurdes, avec un humour décalé subtilement lesté de réflexions philosophiques quasi-existentielles.
    Le dessin, lui, reste simple mais avec une imagination débordante en matière de morphologie extraterrestre.
    Mais la principale originalité et singularité de cet album vient du design des vaisseaux spatiaux très spéciaux. Tous, passée la première planche, sont des photos détourées et incrustées d’éléments de la vie quotidienne ! Soucoupe volante bien sûr, mais aussi abat-jour, cafetière, moulin à café, spot, cocotte-minute, bouteille de gaz ou pot de conserve. Avec un effet cumulatif hilarant qui ajoute une nouvelle couche humoristique, voire un second degré de lecture. Un procédé qui fait de ce petit bouquin un vrai OVNI dans le genre bande dessinée. Ce qui doit bien être le but recherché.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    L’Agent 212, valeur sûre de la police…

    L’Agent 212, tome 28 : Effet monstre, Cauvin, Kox. Editions Dupuis. 48 pages, 10,60 ...

    Alex en dédicaces

    Rendez-vous aussi rituel, désormais, que son habituel recueil de dessins de l’année, Alex, dessinateur ...

    Avec Octofight, la vieillesse n’est pas un naufrage pour tout le monde

     Octofight, tome 1(sur 3): Ô vieillesse ennemie, Nicolas Juncker (scénario), Chico Pacheco (dessin). Editions ...

    Good morning Vietnam Journal

     Vietnam Journal, Don Lomax. Editions Delirium, 144 pages, 20 euros. Sa signature, c’est Scott ...

    Avec “Hinomaru sumo”, Kawada envoie du lourd

    Hinomaru sumo, tomes 1, 2 et 3, Kawada. Éditions Glénat, 192 pages, 6,90 euros. ...

    Ca ne rigole plus dans la presse satirique

    Les deux titres de presse satiriques, Charlie Hebdo et Siné Mensuel lancent des appels ...