Les Seignors résistent

    Les Seignors, tome 3: pires que des gosses, Hervé Richez et STi (scénario), Juan (dessin), Alexandre Amouriq et Mirabelle (couleurs). Editions Bamboo, 48 pages, 10,95 euros.

    Les pensionnaires sont désormais bien installés dans la maison “Hosannah”, maison de retraite autogérée par le quatuor atypique formé d’un cheminot retraité, d’un ancien militaire et d’un vieux beau peroxydé. Et l’effectif s’accroit avec l’arrivée de Monsieur le comte, un aristocrate qui tente tant bien que mal à se faire aux coutumes maison, comme celle du jeu des petits chevaux (à ne pas confondre avec son équitation de jadis). Pour le reste, il faut faire avec les petits tracas de la vie: ne pas se tromper sur la “méga-promo de couches” ou vérifier la solidité des murs avant de vouloir améliorer l’installation de la télé. Mais, il y a aussi les petits plaisirs comme d’aller faire déprimer les consommateurs au supermarché du coin ou persécuter un petit couple à l’aide de pigeons (running gag de cet album)…

    Avec ce troisième album, Les Seignors ont atteint leur rythme de croisière, avec une succession de gags parfois faciles et parfois empreint de plus d’émotion, un dessin “gros nez” efficace et une mise en couleurs réussie. N’oublions pas, surtout, quelques planches étonnament féroces et pas politiquement correct du tout (on repense, par exemple, au dessin pleine page sur le “grand tournoi de quilles entre résidents actuels et anciens résidents où à l’hommage à un ancien barman…). Pas toujours géniale ni très novatrice, donc, mais une série qui se laisse lire avec plaisir. Et qui illustre bien l’adage qu’il vaut mieux en rire avant de devoir en pleurer.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    La Revue dessinée ne chôme toujours pas

    Chômage, guerre psychologique, hommage anticipé à Pierre Barouh récemment décédé : c’est dans la ...

    King Kong, roi de Manhattan

     The Kong Crew, tome 1 : Manhattan Jungle, Éric Hérenguel. Editions Ankama, 72 pages, 15,90 ...

    Emmanuel Guibert, élu au troisième tour Grand Prix d’Angoulême

    La troisième fois a donc été la bonne pour Emmanuel Guibert.  Auteur éclectique et ...

    Le 11-Septembre en arrière-fond du procès des Innocents

     Le pouvoir des innocents, cycle 2 (Car l’enfer est ici), tome 5: 11 Septembre, ...

    Retour de poids pour la Ribambelle

    La Ribambelle au Japon, Zidrou, Krings. Editions Dargaud, 48 pages, 10,50 euros. Cette fois, ...

    En quête de vérité avec le Detection Club

     Le Detection Club, Jean Harambat. Editions Dargaud, 136 pages, 19,99 euros. Existant toujours, le ...