L’Europe en forme de conte pour enfants

     L’Europe en BD, Nathalie Loiseau (scénario), Nathalie Desforges (dessin). Editions Casterman, 48 pages, 12,95 euros.

    Après avoir raconté la démocratie “en BD”, Nathalie Loiseau remet le couvert pour faire découvrir l’Europe – ou plus exactement l’Union européenne – aux enfants (de 8 à 11 ans, précise l’éditeur).
    C’est aussi par l’entremise de deux enfants que cette démarche va voir le jour. Nathan et Rim, deux collégiens strasbourgeois. Le premier rentre de vacances en Grèce où il est allé voir sa soeur ; l’autre entame sa scolarité dans un collège international.
    Au fil de leur discussion et des visites emblématiques faites par Rim au Parlement européen,  à la Foire européenne ou au camp de concentration du Struthof, les deux enfants vont aborder différentes questions de fond sur la construction européenne, son rôle, son histoire, les relations entre pays membres, la question de l’Euro, de  la dette, des réfugiés ou de la sécurité commune…
    Au préalable, il convient avant d’ouvrir ce petit livre de faire abstraction du fait que Nathalie Loiseau, déjà ministre des Affaires européennes du gouvernement d’Edouard Philippe lors de la rédaction du scénario, est tête de liste LREM/Renaissance pour ces élections européennes. Et d’éviter de sur-interpréter les remarques et les exemples choisis au prisme d’un regard trop partisan.
    Il faut aussi se souvenir que les deux autrices s’adressent à un public jeune. Et que les questions européennes sont déjà si embrouillées pour bon nombre d’adultes qu’elles obligent – forcément – à de sacrés raccourcis si ont veut les rendre compréhensibles pour des enfants.
    La forme choisie ici, d’une balade née d’une discussion, illustrée d’un dessin enfantin et coloré, donne un aspect effectivement vivant et concret aux questions abordées. Au risque néanmoins d’une certaine confusion sur le sens espéré du propos.
    De même, il faut noter l’effort fait par Nathalie Loiseau pour évoquer quelques points de friction. C’est le cas ainsi de la crise grecque, de celles des réfugiés syriens ou du glyphosate. A cette aune, l’accusation d’homophobie portée contre cet album s’apparente à un mauvais procès.

    La planche qui a fait polémique, accusée de développer un message homophobe.

    Si, dans une planche un petit garçon polonais dit que: “deux hommes qui se marient. En Pologne, même pas en rêve !“, dans la case suivante, une petite fille note qu’en Irlande “on a voté pour et personne ne s’est énervé, en fait !” – la leçon à en tirer étant que “nous avons des différences, c’est sûr. Et il faut se respecter“… justifiant ainsi la devise de l’Union “Unie dans la diversité”.

    Mais afin de ne pas trop s’appesantir ou trop développer, le livre ne fait qu’effleurer ces questions, laissant planer de grosses interrogations (ainsi du chapitre final, vantant la coopération coopération européenne en matière spatiale, à travers Thomas Pesquet, sans expliquer pourquoi celui-ci a décollé de Baïkonour dans une fusée russe…). Bref, une Europe abordée avec un traitement finalement aussi naïf que le style du dessin de Nathalie Desforges.
    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    De l’aide pour terminer “Là où se termine la terre”

    Alain et Désirée Frappier lancent une opération de crowdfunding, pour la suite de Là ...

    La deuxième offensive des Poilus

    Paroles de Poilus, tome 2 : Mon papa en guerre, collectif. Editions Soleil. 96 ...

    Et pourtant, ils tournent toujours… au fond du bocal

    Le fond du bocal, tome 7, Nicolas Poupon. Editions Glénat, 64 pages, 12 euros. ...

    Le chef-d’oeuvre monstre de l’année

    Moi, ce que j’aime, c’est les monstres, Emil Ferris. Editions Monsieur Toussaint-Louverture, 416 pages,  ...

    L’attentat qui a fait 18 millions de morts, vu des deux côtés de la gâchette

    François-Ferdinand, la mort vous attend à Sarajevo, Jean-Yves Le Naour, Chandre. Editions Grand Angle ...