Avec Linette, c’est le pied !

    Les pieds qui poussent, Catherine Romat (scénariste), Jean-Philippe Peyraud (dessin). Editions de la Gouttière, 32 pages, 10,70 euros.

    Décidément, les Editions (amiénoises) de La Gouttière aiment bien les héroïnes. Après Philippine Lomar, Enola ou Lili Crochette, voici Linette. Et cette fois encore, les filles ne sont pas des billes.

    Linette est une petite blondinette malicieuse, qui aimerait bien aider sa maman à jardiner. Elle a bien son petit arrosoir, mais pas question qu’elle touche au fameux “jus de fumier”, un engrais aux propriétés manifestement stupéfiantes. Linette se dit que c’est ce qu’il faudrait aussi à son papy, au crâne plus que dégarni. Alors tant pis pour l’interdiction maternelle. Sauf que par maladresse, elle se renverse toute l’eau avec l’engrais sur les pieds… qui deviennent énormes ! Mais qu’importe, après avoir chipé de grosses bottes (de sept lieux…), c’est parti pour des aventures étonnantes et bondissantes.

    Nouvelle série et nouvel album sans paroles, à destination des jeunes lecteurs (dès 4 ans précise l’éditeur). Si le principe commence à être connu pour les publications de La Gouttière, le résultat est encore une fois très réjouissant. Catherine Romat (auteur de nombreux livres jeunesse) et Jean-Philippe Peyraud (prolifique et éclectique dessinateur, entre autre, de la trilogie du Désespoir du singe avec Alfred, de la récente Fleur dans l’atelier de Mondrian ou le tendre et doux-amer recueil D’autres larmes) réussissent fort bien à donner corps et à visualiser l’imaginaire enfantin de Linette. Là, le réel se transfigure, les tomates grossissent à vue d’oeil dès la première goutte d’engrais (ou alors c’est Monsanto qui vient de créer un truc surpuissant…), l’angoisse de se faire gronder fait pousser les pieds et on peut s’envoler dans les airs.
    Ce petit récit s’avère très dynamique, dans un esprit cartoon burlesque, et Jean-Philippe Peyraud lui donne une style moderne et résolument sympathique, à l’image de la bouille irrésistible de sa petite héroïne. Un bon début… au pied levé.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Slowburn : chats alors !

    Slowburn, André Franquin, Marcel Gotlib. Editions Fluide glacial, 56 pages, 9,90 euros. Slowburn est ...

    Un “éloge” de la bande dessinée qui laisse sans voix…

    L’enfer est pavé de bonnes intentions, c’est connu. Et le Nord célèbre pour les ...

    Tardi, d’après-guerre lasse

    Moi René Tardi, prisonnier de guerre au Stalag IIB, tome 3: Après la guerre, ...

    Gipi au début de la guerre

    Notes pour une histoire de guerre, Gipi. Editions Futuropolis, 144 pages, 23 euros. Le ...

    L’amour de A à Z, triste abécédaire

    La dernière femme, Charles Masson, édition Casterman (coll.Ecritures), 176 pages, 14 euros. L’amour propre ...

    Casino royale, version Ankama

    BLACK JOKE, t.1, Masayuki Taguchi, Rintaro Koike, ed. Ankama, 192 pages, 6,95 euros. Si ...