L’invasion pacifique Renaissance se poursuit bien

     Renaissance, tome 2: interzone, Fred Duval (scénario), Emem (dessin), Fred Blanchard (design). Editions Dargaud, 56 pages, 14,50 euros.

    Le premier tome de Renaissance avait agréablement surpris par son originalité. Ce second volet ne dément pas la première impression.

    L’opération “d’invasion humanitaire” de la Terre, en cette année 2084, en est désormais à son deuxième jour. Décidée par une vaste coalition extraterrestre, elle s’est imposée pour éviter de voir disparaître l’humanité, sur une planète en proie aux épidémies et à la montée des eaux.

    Tandis que des bases géantes commencent à être édifiées sur la Lune, grâce à d’immenses vaisseaux, les troupes au sol doivent faire face à l’hostilité de certains terriens. Parmi ce corps expéditionnaire de casques bleus aliens, Swänn, de la planète Näkän, avait été envoyé au Texas, ou il va devoir retrouver d’urgence Liz, une femme pompier qui doit l’aider à arrêter de gigantesques incendies de puits de pétrole, mais qui a trahi sa confiance pour aller rechercher sa famille. Pendant ce temps, en France, l’épouse de Swänn, Sätie tente de trouver l’origine de la fièvre meurtrière qui attaque la population.

    Au-delà de ces difficultés pratiques, tous deux vont découvrir des interventions menaçantes d’une intelligence artificielle mais aussi d’autres extraterrestres. Et au sein de la confédération à l’origine de l’expédition terrestre, certains commencent à réclamer des rétributions, au risque de transformer Renaissance en une vaste et simple opération de colonisation.

    A mi-parcours, cette trilogie remplit toutes ses promesses. Les récits, avançant en parallèle, évite tout manichéisme et une troisième trame, plus politique, se précise au sein du parlement extraterrestre, renforçant encore la densité de l’histoire. Celle-ci vaut aussi pour son aspect visuel, assez bluffant, entre les paysages terrestres ravagés, l’étonnante diversité de la faune alien et l’imagination déployée dans le design des vaisseaux et technologies alien.

    Reste à attendre le troisième volet de l’histoire pour voir si cette Renaissance sera pleinement accomplie.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Résistance au-delà de la folie

    La résistance des sensibles, Michel Délié, Editions Lapin, 104 pages, 17 euros. Victor est ...

    Danthrakon, une nouvelle saga à la sauce Arleston

    Danthrakon, tome 1: le grimoire glouton, Christophe Arleston (scénario), Olivier Boiscommun (dessin), Claude Guth ...

    Points de vue et lignes de fuite

    Lignes noires, Ludovic Rio, éditions polystyrène, 3 x 24 pages, 16 euros. Un polar ...

    Astérix et Obélix sur la bonne voie

    Astérix, tome 37: Astérix et la Transitalique, Jean-Yves Ferri (scénario), Didier Conrad (dessin). Editions ...

    Vies ordinaires

    [media id=11 width=320 height=240] Une vie, ordinaire ou pas ? Commentez ou exprimez-vous grâce aux ...

    Jaguar, du luxe et du sport

    24 heures du Mans, 1951-1957 : le triomphe de Jaguar, Denis Bernard (scénario), Christian Papazoglakis ...