L’Ours est un écrivain comme les autres, Kokor, d’après le roman de William Kotzwinkle. Editions Futuropolis, 128 pages, 21 euros.

    En 2016, l’extravagant écrivain américain William Kotzwinkle (auteur notamment d’une novelisation d’E.T.) obtenait un certain succès avec son roman L’ours est un écrivain comme les autres. Et parmi ses lecteurs s’est trouvé un certain Alain Kokor. Aujourd’hui, L’auteur havrais s’empare donc, pour sa première adaptation littéraire, des aventures de ce plantigrade romancier ; un personnage qui s’insère bien dans son propre univers poétique et doucement loufoque, plein de supplément d’âme ou de vers à pied.

    Tout débute pourtant de manière presque réaliste dans ce récit, lorsque l’écrivain Arthur Bramhall, qui s’était isolé dans un coin perdu du Maine pour écrire, voit son roman – compilation laborieuse de grands succès littéraire – détruit par un incendie. Dépassant la dépression, Bramhall se remet à l’écriture avec acharnement. Et il rédige alors son chef d’oeuvre, Désir et Destinée. Pour ne pas revivre le traumatisme précédent, il prend la précaution d’enterrer son oeuvre au pied d’un arbre, au fond de la forêt. Loin des hommes et de leurs dangers… mais sous le regard interloqué d’un ours qui, avec sa logique primaire et animale, voit dans ces feuillets une perspective d’argent qui pourrait lui permettre d’acheter plein de miel. Et bientôt, après plusieurs péripéties qui vont l’amener jusqu’à New York, il parviendra tout naturellement à vendre le livre à un éditeur, à devenir un auteur de best-sellers courtisé sous le nom d’emprunt de Dan Flakes et même à connaître l’amour dans les bras d’une séduisante journaliste. Sans rien perdre de son animalité première.

    Dans ce qui est avant tout une bonne satire du monde éditorial, le grand défi est bien sûr de rendre crédible cette transformation d’un ours – un vrai ours brun, tout en poils et en rondeur – en romancier à succès. Et cela donc sans rien masquer de la réalité animale de l’ours. Ici, cette transition s’opère par le biais de pictogrammes qui expriment, avec une grande lisibilité, la pensée sommaire du personnage. Ensuite, il en va comme de beaucoup d’oeuvres fantastiques ou absurdes: il suffit d’y croire ou de le vouloir, comme le petit monde littéraire new yorkais ne va pas s’attacher à l’apparence ou à la personnalité de l’auteur à partir du moment où son oeuvre apparaît intéressante et, surtout, susceptible d’être source de bénéfices !
    Face à cela, avec sa candeur, l’ours fait figure de candide et de révélateur de la société humaine. L’animal s’humanise, sans perdre un certain bon sens, et où l’homme s’isole et s’animalise.

    Le style de Kokor se prête bien à cette critique doucement ironique du monde littéraire, avec son trait simple, cette capacité à susciter l’expressivité à partir d’un rien, le tout restitué dans une bichromie rouge-orangée qui donne un ton original et une touche d’étrangeté supplémentaire à cette drôle de fable.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    La petite Bédéthèque in situ chez les Situationnistes

    La petite Bédéthèque des Savoirs, tome 13: Les situationnistes. La révolution de la vie quotidienne ...

    Titeuf se recase !

    Titeuf, tome 13 : à la folie, Zep, éditions Glénat, 48 pages, 10,45 euros. ...

    Jules Verne comme dans un de ses romans

    Jules Verne et l’astrolabe d’Uranie, tome 2/2, Esther Gil (scénario), Carlos Puerta (dessin). Editions ...

    Séance de rattrapage : deux Arleston

    LES GUERRIERES DE TROY, t.1: Yquem le bienveillant, d’Arleston et Dany, ed.Soleil, 48 pages, ...

    Déshonoré de Balzac

    Abymes, tome 1, Valérie Mangin, Griffo, éditions Dupuis (coll. Aire libre), 56 pages, 15,50 ...

    Un climat d’angoisse plane sur les Croques

     Les Croques, tome 2: Oiseaux de malheur, Léa Mazé. Editions de la Gouttière, 72 ...