L’ultime bataille des super-héros de DC Comics

     Dceased, Tom Taylor (scénario), Trevor Harsine, Stefano Gaudiano, James Harren, Laura Braga, Darick Robertson, Richard Friend, Trevor Scott, Neil Edwards (dessin), Rain Beredo (couleurs). Editions Urban Comics, 240 pages, 22,50 euros (couvertures alternatives Batman, Wonder Woman et le Joker, éditions limitées, 25 euros).

    C’est le combat ultime et la menace maximale. Darkseid pense avoir trouvé le moyen suprême pour conquérir la Terre et anéantir les super-héros de la Ligue de justice. Après avoir capturé l’un d’eux, Cyborg, il lui extorque des données afin de récupérer une équation de l’anti-vie qui lui permettra de dominer le monde. Mais rien ne se déroule comme prévu. Ayant dû faire appel à la mort elle-même, le dieu maléfique régnant sur Akopolips va être la première victime de son projet, se détruisant en même temps que sa planète. Mais ce n’est que le début de l’apocalypse, car Cyborg emporte avec lui l’équation. Devenu le patient zéro de l’épidémie, il va déchaîner une puissance incontrôlable avec ce virus techo-organique se répandant à travers les réseaux sociaux, contaminant à la vitesse des connections internet toutes les personnes connectées et les transformant en zombies hystériques uniquement motivés par leur pulsion de mort. Et les super-héros vont aussi être touchés par le cataclysme, à l’image de Batman, l’un des premiers à succomber. Depuis Metropolis, Superman va tenter d’organiser la résistance et réunir les membres épars de la Ligue…

    Un superman zombifié aux yeux rouges. Le dessin choc de couverture annonce la couleur. Cette mini-série réunie ici en histoire complète bouleverse complètement l’univers des héros de DC Comics et s’apparente à un grand jeu de massacre très jubilatoire. Les deux premiers chapitres (ce qui n’est guère “divulgacher” en l’occurrence) voient ainsi disparaître deux personnages structurants: le super-vilain Darkseid (apparu dans le Quatrième Monde de Jack Kirby et ayant initié l’apparition de Mister Miracle et Big Barda) et Batman, le sombre justicier de Gotham.

    Par la suite, c’est l’ensemble des super-héros  qui va se retrouver affecté – et souvent infecté – par le virus, du Joker et d’Harley Quinn à Green Lantern ou John Constantine. Car, autre exploit, l’histoire réunit tous les héros de l’univers DC Comics en une gigantesque bataille qui se déroule successivement ou alternativement dans tous les lieux mythiques que sont Metropolis, Gotham où l’île Themyscira de Wonder Woman. Un combat crépusculaire mené à un rythme haletant, multipliant les rebondissements, mais toujours avec cohérence et une grande lisibilité (ce qui n’est pas la qualité première de tous les comics). Et le dessin, piloté par Trevor Hairsine, est du même niveau. Il faut aussi saluer la beauté effrayante et très expressive des couvertures de chapitre, réalisées par Ben Oliver, qui participent et amplifient le climax général de cette saga super-horrifique.

    Enfin, on appréciera le mode de diffusion de cette infection maléfique, expression littérale d’une menace virale numérique qui renvoie à une réflexion plus large et bien contemporaine.

    Pour prolonger le plaisir, l’album est complété par un très beau cahier graphique, qui reprend les couvertures originales des fascicules américains, mais aussi des couvertures alternatives, dont certaines inspirées de films.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Astérix, un héros très pop

    Astérix, les bagarres: le Pop-up, design José Pons. Editions du Chêne, 14 pages, 29,90 ...

    Histoire et légende du Vimeu dans Pierre Papier Chicon

    Le quatrième numéro de Pierre Papier Chicon vient de paraître. Disponible en solo ou ...

    On the Road again sur la Route 66

    Route 66, Georges Abolin. Editions Bamboo, 48 pages, 10,95 euros. Pompiste près du périph’ ...

    Une belle Odyssée, version rock, pour faire revivre les 60′

    The long and winding road, Christopher (scénario), Ruben Pellejero (dessin). Editions Kennes, 184 pages, ...

    Djizus crise

      Djizus is back, Zidrou, Jardi, Arino, éditions Fluide glacial, 48 pages, 10,80 euros. ...

    Zep dans le sexe à corps perdus

    Esmera, Zep (scénario), Vince (dessin). Editions Glénat, 24 euros. A la rentrée dernière, avec ...