Le chien de la voisine et le retour du chien de la voisine, , 120 pages, 15 euros.

    Dans une zone pavillonnaire d’une ville indéterminée, un chien sème la terreur parmi le voisinage. Un petit chien laissé en liberté par sa propriétaire – la séduisante Mlle Nowhere – mord les enfants et terrorise les adultes. Une psychose s’installe autour du « chien de la voisine » – aux faux airs de Snoopy, pouvant disserter du dernier film à la mode avec sa maîtresse mais aboyant comme un brave toutou quand il est en public – qui devient un véritable loup blanc dans le quartier.

    Le voisin de Mlle Nowhere, un père de famille, s’ennuyant dans son couple et excédé par son fils, d’abord énervé se sent vite attiré par cette belle brune aux allures de femme fatale, devenue l’objet de tous ses fantasmes. Le chien passe très vite au second plan jusqu’au jour où un événement tragique survient ce qui va bouleverser beaucoup de choses dans sa vie routinière…

    Avec son dessin enfantin et naïf, en noir et blanc, Sébastien Lumineau prend le lecteur à rebrousse-poil avec cette fable post-moderne et fantasmagorique, parcourue par une tension dramatique jusqu’au dénouement.

    Le découpage en historiettes, initialement parues chez Les Taupes de l’Espace en 2002, avec un rebondissement toutes les deux-trois pages, scande le récit assez proche des strips de presse (on pense à Calvin et Hobbes, notamment). Malgré son titre, Le chien de la voisine et le retour du chien de la voisine évoque finalement peu l’histoire d’un chien mais plonge dans celle de ces zones pavillonnaires, où vivent dans des petites maisons avec jardin les familles dites nucléaires (couple avec un ou deux enfants) avec bien souvent un animal de compagnie.

    On peut y voir un tableau à l’envers d’une vieille série bande dessinée enfantine où le héros était déjà un chien (Bill) vivant avec son fidèle compagnon (Boule). Mais si à l’époque, la classe moyenne était le symbole d’une société de consommation de masse en pleine expansion, aujourd’hui elle fait plus penser à celle désenchantée du film American Beauty ou de la série Desperate Housewives, rattrapée par la crise et l’absurdité de l’existence.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Un prix ACBD Asie sous un ciel nouveau

    Les journalistes et critiques membres de l’ACBD ont rendu leur jugement pour le manga ...

    A la fin du cycle, on éteint la lumière

    « Quelques pas vers la lumière, t.3 : les voyageurs de l’autre monde », Bruno ...

    Aux côtés de Quentin Blake

    Pages, mots, images, Quentin Blake. Editions Gallimard, 216 pages, 25 euros. Quentin Blake a ...

    De la Suite dans les idées

    La suite de Skolem, tome 1: Apparitions, Marek (dessin), Jean-François Kierzkowski (scénario). Editions Pirates, ...

    Les auteurs de Gung Ho en dédicaces à Amiens

    Débarquement surprise, ce vendredi, à la librairie Bulle en stock d’Amiens, de toute la ...