Magisk Magi, Alfred (scénario), Régis Lejonc (dessin). Editions de la Gouttière, 56 pages, 9,70 €.

    C’est magique ! Cette “box”, dont la pub séduisante passe à la télévision, permet à chacun de devenir magicien et par exemple, comme dans la pub, transformer un innocent petit lapin en peluche en charmante jeune femme (aux légères allures de “bunny” de Playboy). De quoi fortement intéresser un petit monsieur solitaire, accompagné seulement et, justement, d’un lapin en peluche. Mais ce n’est pas tout d’avoir une baguette magique, encore faut-il savoir bien s’en servir. Sinon, ce grand pouvoir peut surtout entraîner de grosses catastrophes, comme de récupérer une pieuvre rouge géante à la place de la jeune femme attendue, de voir un caniche transformé en gorille gigantesque ou des gendarmes se multiplier au lieu de disparaître…

    Nouvelle bande dessinée “sans texte” pour les éditions de la Gouttière, qui ont incontestablement dynamisé et renouvelé le genre de ces albums pour primo-lecteurs. Pour être totalement exact, il s’agit en fait d’une réédition, en couleurs, d’une histoire parue voilà douze ans aux éditions Thierry Magnier, en noir et blanc et sous le titre Magie, Magie. Et, pour être encore plus exact, il y a bien quelques onomatopées ici (Mosmos, KysKys, Kom sa litlle kiki…). Mais le récit, très dynamique, se passe de commentaires tant le lecteur est progressivement entraîné dans une folie délurée et très communicative.

    Le scénario d’Alfred joue sur un effet comique exponentiel, qui fonctionne parfaitement. Quant au dessin de Régis Lejonc, un brin minimaliste et brouillon, il s’impose par son jeu de couleurs, dans une trichromie (bleu-vert – rouge orangé – noir) un peu similaire à celle utilisée récemment dans Zatopek. Et, quelque part, c’est bien dans une autre forme de course qui se déploie ici, jusqu’à un épilogue plein d’ironie et qui ferme fort bien l’histoire. Autant dire que cette cinquantaine de pages se parcourt très vite et avec plaisir.
    Une histoire de magie qui tourne mal mais qui fait bien rire.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Une Croisade pour rien

    Les aigles décapitées, Tome 25 : Au nom du roi, Michel Pierret. Editions Glénat, 48 ...

    L’amnésique n’adoucit pas les moeurs

    Trou de mémoire, tome 1 (sur 2) : Gila Monster, Roger Seiter (scénario), Pascal ...

    “Shrimp”, une crevette à croquer

    Shrimp, tome 1: le grand large, de Mathieu Burniat, Benjamin d’Aoust et Matthieu Donck, ...

    XIII, retour aux sources

    XIII, tome 22, retour à Greenfalls, Yves Sente (scénario), Iouri Jigounov (dessin), éditions Dargaud, ...

    Le Chevalier errant et le Trône en fer rouillé

    Le chevalier errant, Ben Avery (scénario), d’après une nouvelle de George R.R. Martin, Mike ...

    Des bandes dessinées à lire dans la presse cet été

    Il y eut des périodes plus fastes. Et un engouement estival plus massif de ...