Mangez-le si vous voulez, le cauchemar vrai d’Hautefaye

     Mangez-le si vous voulez, Gelli, d’après le roman de Jean Teulé. Editions Delcourt, 165 pages, 18,95 euros.

    C’est un vrai cauchemar éveillé que décrit ce roman graphique. Et d’autant plus qu’il s’agit d’un fait divers authentique, qui s’est déroulé dans un village de Dordogne, en août 1870.
    Sur le point de s’engager dans la guerre contre la Prusse – que la France est en train de perdre – un jeune aristocrate, Alain de Monéys, aimable et apprécié de tous, se rend à la foire d’Hautefaye, le chef-lieu voisin.
    Intervenant pour apaiser une querelle, alors que les villageois sont échauffés par l’annonce de la défaite de Reischoffen, Monéys a la maladresse de lancer, dans l’esprit de le démentir, “A bas la France”. Prise au premier degré, déformée, amplifiée, la phrase fait alors du jeune noble un “défenseur des Prussiens”. De plus en plus vindicative, la foule va se jeter sur lui, le battre, le pourchasser. Monéys ne pouvant compter que sur l’aide – insuffisante – de deux amis, sans que le curé ni le maire n’arrêtent le massacre.
    C’est ce dernier, pour s’en laver les mains, qui lâchera la phrase choisie comme titre de l’album: “Mangez-le si vous voulez“… Une incitation qui va être, elle aussi, prise au premier degré. Allant d’aller crescendo dans les sévices, les bourreaux fanatisés plantent des fers à cheval aux aux pieds de leur victime, commencent à l’écarteler, jusqu’à demander à un enfant de l’enflammer sur un bûcher… et de déguster la graisse de son corps sur des tartines de pain ou grignotant ses “bonbons de baptême”.
    Il ne faut pas le cacher, il s’agit là d’un album éprouvant, détaillant étape par étape le calvaire vécu par ce pauvre Alain de Monéys. Si Jean Teulé à souvent le talent pour ressortir les anecdotes ou personnages oubliés de notre histoire et qu’il avait déjà évoqué une sorte de transe et d’hystérie collective dans Entrez dans la danse, voilà deux ans (adapté également en bande dessinée par Richard Guérineau), il évoque ici une folie collective bien plus sanguinaire et sombre. Et il a livré là sans doute son roman le plus noir.
    L’adaptation qu’en fait Dominique Gelli, pour son retour à la bande dessinée, est du même niveau. Rien n’est épargné au lecteur, au cours de ce chemin de croix, saisi dans la chronologie directe des faits, étape par étape, au gré de chapitres qui suivent l’itinéraire sanglant. Un phénomène de foule monstrueux et qui conserve une part de mystère, d’incrédulité tant cet épisode apparaît absurde et incompréhensible. Et il le sera, d’ailleurs, une fois la violence retombée, pour ses protagonistes, apparaissant hébétés lors de leur procès.
    L’effet est d’autant plus fort et dérangeant que l’histoire est racontée ici avec une sombre beauté troublante. Graphiquement, le dessin fin, à la plume, en noir et blanc, est particulièrement évocateur, surtout qu’il se teinte progressivement du rouge du sang de Monéys.
    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Un vrai lieu de Perdition

    BACK TO PERDITION, de Damien Marie et Vanders, ed.Vents d’Ouest, 56 p., 13,50 euros. ...

    BD : des graines d’avenir

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER !0TRISTE0GrrrrMerci !

    Quinze ans de Benjamin Lacombe dans un beau livre

     Curiosities, monographie de Benjamin Lacombe. Editions Daniel Maghen, 304 pages, 35 euros. Si l’éditeur ...

    L’énigme Alan Turing décryptée

    Le cas Alan Turing, histoire extraordinaire et tragique d’un génie, Arnaud Delagrange (scénario), Eric ...

    Retour captivant sur Belzagor

    Retour sur Belzagor, épisode 1 (sur 2), d’après le roman de Robert Silverberg, Philippe ...

    Tardi, du Stalag IIB au camp d’internement de Royallieu

    Plus d’une quarantaine de planches originales du triptyque Stalag IIB, la dernière trilogie de ...