Marc-Antoine Mathieu tire bien la couverture à lui

    Le livre des livres, Marc-Antoine Mathieu. Editions Delcourt, 50 pages, 27,95 euros.

    Marc-Antoine Mathieu “explore les formes narratives ou plastiques“, comme le précise la biographie de son éditeur, à travers des installations scénographiques avec l’atelier Lucie Lom et, bien sûr, avec ses bandes dessinées portant au plus haut l’humour absurde à la Borges mâtiné de Kafka et de gestion des contraintes oubapiennes dans un noir et blanc sublimé. Et en poussant souvent au plus loin les contraintes formelles, comme dans 3″ ou Le Sens, pour ne citer que les plus récents.
    Cet ouvrage – qui n’est pas a proprement parler un “album de bande dessinée” se situe un peu au milieu de ce travail graphique. Houellebecq avait écrit sur La possibilité d’une île. Mathieu, lui, imagine ici la possibilité d’un livre.

    Après l’incendie du “Grand Entrepôt des Albums Imaginaires”, toutes les couvertures en attente de leurs histoires partirent en fumée. Seules quelques-unes purent être sauvées. Et rassemblées dans ce “livre des livres”…

    Livre des livres, il l’est déjà par le fait de réunir et rassembler autant de livres potentiels (vingt-trois pour être précis). Mais aussi par le fait que chacun des livres sauvés renvoie lui-même à un univers particulier, aux multiples références. Chacun se présente en effet dans une double page avec sa couverture mais aussi sa quatrième de couv’ et son traditionnel résumé (que généralement on ne lit pas, sauf ici où, forcément, il devient l’unique référence littéraire).
    On peut ainsi s’amuser à trouver la trace ou des clins d’oeil à Hergé dans l’Horizon alternatif (de Timothée Carmanunia contant l’odysée du cargo Karaboudjan au bout du monde) à Borges cité dans La Pensée-thorax, mais aussi à Magritte, Moebius, Schuiten et bien sûr à son propre univers de Julius Corentin Acquefacques.
    Au-delà du graphisme de l’illustration, toujours aussi magistrale, et se déployant ici dans divers styles, de la ligne claire à la quasi-abstraction jusqu’aux espaces insondables de la SF, Marc-Antoine Mathieu s’amuse aussi à mettre du sens (et une bonne dose d’humour) dans les plus petits détails.
    Chaque texte de présentation regorge de références plus ou moins limpides, le nom des auteurs joue sur les mots (en étant des anagrammes loufoques du propre nom de l’auteur. Et cela va jusqu’au nom des maisons d’éditions, clins d’oeil à des éditeurs bien réels, dans les noms et même dans la graphie…

    Et c’est ainsi que ce livre sans histoire – mais aux cents histoires – révèle tout son potentiel.
    Derrière son apparence au prime abord basique et limité, il ouvre grand les portes de l’imaginaire au lecteur, libre de se remémorer les ouvrages cités, de se plonger dans le dessin pleine page, véritable tableau ou de créer lui-même, sur ses bribes de récits, sa propre oeuvre. En se libérant de la contrainte de la narration et du récit, Marc-Antoine Mathieu offre un temps quasi-illimité de lecture. Ludique et brillant, une fois encore.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Zep dans le sexe à corps perdus

    Esmera, Zep (scénario), Vince (dessin). Editions Glénat, 24 euros. A la rentrée dernière, avec ...

    Feu Lanfeust Mag

    Un mois après le Psikopat, un nouveau magazine de bandes dessinées s’arrête: Lanfeust Mag, ...

    Les tensions s’exacerbent chez les enfants de Jessica

    Les enfants de Jessica, tome 2: jours de deuil, Luc Brunschwig, Laurent Hirn, éditions ...

    Louca gagne le premier match

    Louca, tome 4: l’espoir fait vivre, Dequier. Editions Dupuis, 56 pages, 15,90 euros. Ado ...

    Un Programme prise de tête

    Le programme Immersion, Léo Quievreux. Editions Matière, 158 pages, 23 euros. Les éditions Matière ...