Murciélago brave les interdits avec style

    Murciélago, tomes 1 et 2, Yoshimurakana. Editions Ototo, 215 pages, 7,99 euros.

    Détenue numéro 1788, Kuroko Kômori est une tueuse professionnelle ayant à son actif plus de 700 victimes. Condamnée à la peine capitale, la jeune femme se voit offrir un sursis par la justice. Remise en liberté, elle accepte, en contrepartie, de lutter contre la gangrène criminelle grandissante au Japon. Au volant de sa Lamborghini Murciélago, Kuroko Kômori fait équipe avec la jeune Hinako Tozakura chargée de lui transmettre tous les documents liés aux cibles à abattre et fanatique de véhicules en tout genre.

    Sa prochaine cible est un ancien catcheur totalement défoncé  à la « Césare », une nouvelle drogue démultipliant les capacités musculaires mais ayant plusieurs effets secondaires plutôt désagréables. Elle provoque effectivement des hallucinations, annihile toute sensation de douleur et rend particulièrement… violent. Autant dire que Kuroko doit déployer tous ses talents de « nettoyeuse ». Ça tombe bien, la jolie brune aime l’action et prend un malin plaisir à faire souffrir ses adversaires.

    Des dealers de Cesare dans un premier temps puis le fameux catcheur retrouvé dans une ruelle en train de massacrer des passants. Du menu fretin avant l’apparition d’un mystérieux carton d’invitation à une soirée rassemblant les pires criminels du pays. Ça va saigner…

    Réservé à un public légèrement averti de par ses scènes érotiques et les litres de sang déversés presque à chaque page, Murciélago est un manga surprenant. Pas vraiment pour le scénario qui rappelle par bien des aspects Black Joke, de Masayuki Taguchi et Rintarou Koike, mais plutôt pour la personnalité de Kuroko Kômori.

    Immorale, anti-héroïne, totalement obsédée par les jeunes femmes (de préférence à forte poitrine), la tueuse professionnelle fascine. Difficile de percer sa psychologie, la jeune femme surprend devant l’adversité et par sa capacité à ne jamais se laisser abattre même si elle en abat en paquet… Une femme forte dans un monde dominé par la gente masculine. Les féminises castratrices devraient adorer à l’inverse des adeptes de la non-violence et des procéduriers !

    Que les âmes sensibles se rassurent, Murciélago n’est pas qu’une bande dessinée dégoulinante de luxure et d’agressivité. Elle est aussi et surtout pleine d’humour. On rit beaucoup au cours des deux premiers tomes en découvrant toute une galerie de personnages déjantés. Kuroko et Hinako forment également un duo attachant, l’une et l’autre se protégeant tour à tour des dangers qui les guettent.

    Autre satisfaction, le graphisme particulièrement réussi avec des scènes d’action très dynamiques. On apprécie la façon dont est dessinée Kuroko, parfois solaire et resplendissante, souvent lugubre et inquiétante. Un style unique en son genre, comme la Lamborghini Murciélago.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Un défi d’élite

    Cutting Edge, tome 1, Francesco Dimitri, Mario Alberti, éditions Delcourt, 48 pages, 13,95 euros. ...

    Une histoire de résistance dans la Somme

    Robert 1944, De Roubaix à Amiens, les derniers mois d’un résistant… Jean-Michel Vanweydeveldt. Editions ...

    La deuxième offensive des Poilus

    Paroles de Poilus, tome 2 : Mon papa en guerre, collectif. Editions Soleil. 96 ...

    Lanfeust, la famille se recompose dans le feu de l’action

    Lanfeust Odyssey, tome 8 : Tseu-Hi la gardienne, Arleston (scénario), Tarquin (dessin). Editions Soleil, ...

    Tif, Tondu et Monsieur Choc

    Tif et Tondu – Intégrale 10 : Le retour de choc, Dessin de Will, scénario de ...

    Inceste d’émotion

    L’indivision, Zidrou (scénario), Benoît Springer (dessin). Editions Futuropolis, 64 pages, 15 euros. Zidrou a ...