No War, la tension monte au Vukland

     No War #2, Anthony Pastor. Editions Casterman, 120 pages, 15 euros.

    La tension s’accentue sur l’archipel du Vukland, ce petit Etat de l’Atlantique Nord ou cohabitent plus ou moins facilement son peuple autochtone, les kiviks, et les autres habitants, les vulko. Les manifestations contre le nouveau président néolibéral se multiplient, de même que la répression de celles-ci, menées en sous-main par un ex-militant d’extrême droite. Pendant ce temps, Run, se remet miraculeusement de la tentative d’assassinat qui visait son père, l’ingénieur en charge d’un barrage menaçant de noyer les territoires sacrés des kiviks. Et il semblerait qu’il doive cela à la présence d’une pierre sacrée, une kafikadik qu’il avait sur lui. L’effet de la pierre a en revanche été nettement plus négatif sur Joséphine, la fille de l’ex-chef du renseignement, plongée dans le coma alors qu’elle tenait une kafikadik. Tous deux vont parvenir à s’enfuir de l’hôpital et tenter de découvrir le secret des différents événements en cours alors qu’à l’extérieur, le risque de guerre civile devient de plus en plus réel avec la présence de plus en plus marquante des “frères pauvres”.

    Avec son premier tome, Anthony Pastor avait brillamment posé les bases de sa saga nordique. Ce deuxième épisode sur trois (le dernier devant sortir cet automne) gagne encore en action et en tension. Le thriller politique prenant le devant sur le portrait quasi-ethnographique du tome précédent. Mais l’intrigue se double aussi d’une dimension quasi-fantastique. Et les relations entre les divers personnages se précisent et s’enrichissent.

    Le graphisme, lui, demeure très dynamique, avec un encrage fort et une bichromie qui accentue l’urgence et la modernité du propos. Et qu’il s’agisse des violences policières, de l’émergence d’un mouvement populaire spontané ou de la défense d’un site menacé par un barrage, ces thématiques apparaissent également pleinement d’actualité.

    A noter que, comme dans l’épisode #1, ce deuxième volume dévoile le début du tome 3… et une partie des réponses aux questions posées. Mais ce “teasing” donne encore plus envie d’en connaître la fin.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Don Quichotte pas mort !

    Un certain Cervantès, Lax. Editions Futuropolis, 208 pages, 26 euros. Un certain Cervantès. Et ...

    Alexandrin, c’est le pied !

    Alexandrin ou l’art de faire des vers à pied, Pascal Rabaté (scénario), Alain Kokor ...

    Mai 68 (6/6): Le pavé enchanté de Dominique Grange et Tardi

    Chacun de vous est concerné, Dominique Grange, Jacques Tardi. Ed. Casterman, 52 pages et ...

    Le verre à moitié vide

    In vino veritas, tome 2: Toscane, deuxième partie, Luca Malisan (dessin), Eric Corbeyran (scénario). ...

    Un bien étrange spécimen

    Le Spécimen, Walter Hill et Matz (scénario), Julen Ribas (dessin). Editions Rue de Sèvres, ...