Odawaa, il était une fois dans le front de l’Ouest

     La ballade du soldat Odawaa, Cédric Apikian (scénario), Christian Rossi (dessin), Walter (couleur). Editions Casterman, 88 pages, 19 euros.

    Joseph Odawaa, indien Cree, dont les exploits se diffusent tout au long de l’album et du front de l’ouest, est un mythique “scout” indien canadien, mobilisé pour venir combattre en France et dont les exploits de tireur sèment l’effroi parmi les Allemands et galvanisent les alliés au cours de cette année 1915. C’est cette réputation qui incite l’Etat-major français à enjoindre au capitaine Keating, référent et chef des snipers indiens, de détacher son soldat d’élite afin d’éliminer une bande de pillards qui n’hésite pas à voler, violer et terroriser les populations civiles autour de la ligne de front. Une bande qui se réclame du commandant Heinrich Von Schaffner… qui aurait pourtant été l’une des victimes d’Odawaa, plus d’un mois auparavant ! C’est alors une étrange course-poursuite qui s’engage, rendue encore plus complexe quand un Allemand s’évade du camp de prisonniers dirigé par Keating, bien décidé lui aussi semble-t-il à retrouver les pillards de Von Schaffner.

    Le centenaire de la Première Guerre mondiale a initié une offensive éditoriale d’albums de bande dessinée sur ce thème (non sans avoir fait naître de très bons récits, comme Le Chant des Cygnes ou le collectif Traces, pour ne citer que ces deux-là ; pour le reste, on peut se reporter à notre onglet “Centenaire 14-18”). Mais pas de quoi épuiser le sujet, néanmoins, comme le prouve cette Ballade du soldat Odawaa, du vétéran Christian Rossi et d’un jeune scénariste, Cédric Apikian, qui réalise là son premier album et révèle d’indéniables qualités de conteur d’histoires.

    Car cet album partage l’approche de l’Homme qui tua Liberty Valance, de John Ford (“Quand la légende dépasse la réalité, alors on publie la légende“). Et cela jusque dans ses références stylistiques au western, bien au-delà de la présence surprenante des indiens ; Apikian étant un grand fan de Sergio Leone, c’est effectivement un récit légendaire (à divers niveaux), qui se déploie ici. D’apparence simple, voire manichéen au début, l’intrigue se complexifie et acquiert une vraie densité, non dénuée d’une certaine ironie quant à la réalité des enjeux de cette quête meurtrière et sanglante. Avec cette matière, l’insertion fugitive d’un certain caporal Adolf Hitler, en fin d’album, apparaît même largement superflue, voire contre-productive.

    Le prologue, avec ses six premières planches, donne le ton, violent et dénué de tout sentimentalisme avec un sniper invisible et apparemment invincible éliminant un à un toute une patrouille de uhlans, avant de surgir de sa cachette surprenante, les entrailles d’un cadavre de cheval. Et cette approche, entre réalisme et décalage original se poursuit tout au long de l’histoire, entre récit de guerre et poursuite infernale, transposition sur le front occidental de la Première Guerre d’une vengeance à la Il était une fois dans l’Ouest.

    Après l’ambiance solaire du récent Coeur des amazones, Christian Rossi plonge dans une atmosphère bien plus sombre, accentuée par le fond noir des pages et une mise en couleurs ténébreuses assurée par le rémois Walter, en aplats aux teintes froides et terreuses. Et cette Ballade a tout du chant guerrier mythologique, mais sans négliger de lui restituer aussi une dimension nettement plus humaine.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Elephant Man émouvant en BD aussi

    Joseph Carey Merrick, Denis Van P, éditions Sandawe, 74 pages, 16,95 euros. John Merrick, ...

    La passionnante quête du chat de Sho

    Pandemonium, tome 1, Sho Shibamoto, Ki-oon, 2008 pages, 15 euros. Des couleurs sombres et ...

    Les médias expliqués par la bande

    La machine à influencer, une histoire des médias, Brooke Gladstone (scénario), Josh Neufeld (dessin). ...

    A lire ce 14 juillet, pour se replonger dans la Révolution française

    Pas d’anniversaire “historique” cette année, mais en ce jour de fête nationale, petite compilation ...

    Siné mensuel et Madame ne lâchent rien cet été

    Quadruple ration de la bande de Siné pour cet été, avec un numéro double ...

    Pierre Papier Chicon se jette à l’eau

    Le troisième numéro de la revue picarde Pierre Papier Chicon est paru. Et on ...