On the Road again sur la Route 66

    Route 66, Georges Abolin. Editions Bamboo, 48 pages, 10,95 euros.

    Pompiste près du périph’ parisien, en ce printemps 1977, Michel, n’arrive pas à se remettre de la mort de sa femme, au point d’oublier l’anniversaire des 18 ans de sa fille unique, Fannie. Mais quand cette dernière plaque tout, vide son compte bancaire et part faire la mythique Route 66, aux “States”, son père va tout faire pour la retrouver. Aidé par un concours de circonstances et accompagné par ses potes motards, ils partent eux aussi “on the road again“… C’est parti pour un grand trip qui va les amener de Chicago à Las Vegas, les faisant croiser quelques célébrités (dont Elvis lui-même) et découvrir les particularités des Etats-Unis de cette fin des 70′.

    Le dessin de couverture laisse à penser à un nouvel album d’humour à destination des motards, déclinaison américaine du Joe Bar Team. Et la première planche, montrant Franquin et Gaston Lagaffe dans la première case et un héros pompiste clairement inspiré du Coluche de Tchao Patin renforce l’impression première – et un brin pénible – d’une succession de gags aussi faciles que vite oubliés. Or, pas du tout.

    Georges Abolin joue clairement, effectivement, des références à la BD, au ciné ou à la pop culture. Il surfe aussi sur les anachronisme à rebours (comme lorsqu’il fait dire à ses héros que les McDonald’s “ça ne marchera jamais en France” ou lorsque Michel met à la poubelle un tableau qu’Andy Wahrol vient de peindre de lui). Mais les emprunts à Franquin, Zep, Bar2 ou Fane sont non seulement  pleinement assumés, mais se montrent nettement plus fins et subtiles qu’ils ne le semblaient au prime abord. Et le dessin, gros nez et caricatural, est enlevé.
    Et puis, derrière la succession de gags (plus ou moins réussis), il y a une vraie histoire et un personnage principal touchant et plus consistant qu’il n’y paraît, là aussi. C’est donc avec un plaisir grandissant qu’on poursuit cette balade sur la Route 66, jusqu’à une fin qui parviendrait presque, comme le dit un pote de Michel “à me faire chialer”… Bref, un road trip qui vaut d’être fait.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Du blues black & white avec Mojo hand

    Mojo Hand, Arnaud Floc’h. Ed. Sarbacane, 112 pages, 19,50 euros. On ne dira jamais ...

    Introspection nipponne ni mauvaise

    Un thé pour Yumiko, Fumio Obata. Editions Bayou, 160 pages, 19 euros. Installée depuis ...

    Le Prix des collégiens samariens 2018 sort du bois !

    Le prix des collégiens samariens, organisé dans le cadre des Rendez-vous de la bande ...

    “Charlie Hebdo” : la dérision plus forte que la haine

    Une semaine après l’attentat qui a frappé et détruit ses locaux – en lien ...

    Star Wars: l’Ultime retour de la farce de Thierry Vivien

     L’Ultime retour de la guerre du retour contre attaque, Thierry Vivien. Editions Jungle, 192 ...

    Séance de rattrapage : deux Arleston

    LES GUERRIERES DE TROY, t.1: Yquem le bienveillant, d’Arleston et Dany, ed.Soleil, 48 pages, ...