Amiens, l’histoire par la bande

      Amiens, de Samarobriva aux guerres de religion, du Ier siècle après J.-C. à 1668 (tome 1), Guillaume Magni (scénario et dialogues), Stéphane Cuvillier (documentaires et textes historiques), Alex-Imé, Anne-Claire Giraudet, Lucio Merckaert, Nicolas Hitori de, Benoît Blary, Greg Blondin, Luigi Zitelli, Juliette Charlot, Olivier Frasier, Ignifero (dessins et couleurs). Editions Petit à petit, 82 pages, 16,90 euros. Parution début octobre.

    L’histoire d’Amiens racontée par la bande. Ce pourrait être le résumé de ce nouvel album des éditions rouennaises Petit à Petit, qui s’inscrit dans la collection des “Villes en BD” (qui, mine de rien, rassemble déjà 42 albums).

    Les lecteurs du Courrier picard (dans la Somme) en ont eu un avant-goût à travers quelques chapitres au cours de l’été, comme nous avions déjà eu l’occasion de l’évoquer ici, lors d’une rencontre préalable avec le scénariste Guillaume Magni. Mais, cette fois, c’est donc l’album complet qui arrive dans les bacs (pour le 2 octobre).

    Une histoire en bande dessinée, donc, en neuf chapitres, allant de l’époque gallo-romaine et des fondations de Samarobriva jusqu’aux guerres de religions et l’épisode de peste qui frappa la cité picarde. Entretemps, il aura été question d’un raid viking, de la longue bataille pour la création d’une commune d’Amiens autonome de son seigneur, de la construction de sa cathédrale bien sûr mais aussi de l’industrie de la waide, qui fit sa richesse et sa réputation et même d’une curieuse attaque de “mangeurs de noix”, alors que la rivalité entre le royaume de France et l’Espagne (présente dans les Flandres) battait son plein, sur fond de guerre entre catholiques et protestants.

    Une histoire de bande… locale aussi, ou en tout cas d’auteurs et d’autrices très majoritairement de la région et réunis par Guillaume Magni – bien connu dans le monde de la BD des hauts-de-France pour son travail au sein de l’association On a marché sur la bulle, mais aussi sa participation aux albums collectifs La Crise, quelle crise ? ou Mon histoire de migration. Il s’est efforcé de bâtir autour de chaque fait historique une petite narration fictionnelle qui, globalement, fonctionne bien et facilite l’entrée dans l’Histoire.

    Autour de lui, donc, on apprécie particulièrement Nicolas Hitori De (Mia and Co) dans sa brillante évocation de l’histoire de la Commune d’Amiens, Greg Blondin (Philippine Lomar) dans sa description épique de cette “bataille d’Amiens”, tentative lancée par les partisans de Charles de Navarre,  ou Olivier Frasier, sur un ton un peu semblable, qui fait revivre l’épisode des “mangeurs de noix”.

    On peut aussi saluer le travail d’Alex-Imé, qui a le lourd privilège de débuter l’album et l’histoire en rappelant le contexte de la Samarobriva gallo-romaine. Ainsi que celui de l’Espagnol Ignifero (qui a déjà oeuvré sur l’album sur Orléans) qui, dans un registre plus classique et réaliste restitue parfaitement toute la majesté de la cathédrale.

    On notera aussi la présence de dessinateurs de bande dessinée moins expérimentés, comme Juliette Charlot (directrice de la Maison de l’architecture d’Amiens) qui instille une vraie noirceur à sa description de l’épidémie de peste. On a été moins convaincu par le style très “illustratif” d’Anne-Claire Giraudet qui se charge de l’épisode du martyre de Saint-Firmin ou le dessin parfois un peu incertain de Lucio Merckaertr ou Renaud Collard. Mais l’ensemble reste néanmoins d’un bon niveau. Et ces styles graphiques assez différents apportent des variations et du rythme à l’album. Sans nuire à sa cohésion d’ensemble.

    Enfin, comme pour les autres albums de la collection, chaque chapitre se conclut sur un petit dossier documentaire historique; oeuvre ici de Stéphane Cuvillier, le frère du dessinateur Damien Cuvillier et spécialiste de sa région picarde, qui complète les ellipses laissées dans les récits dessinés.

    Voici un album qui apprendra sûrement des choses aux Amiénois – premier public ciblé, bien sûr – et qui, en tout cas, les divertira intelligemment.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    XIII, retour aux sources

    XIII, tome 22, retour à Greenfalls, Yves Sente (scénario), Iouri Jigounov (dessin), éditions Dargaud, ...

    Le Louvre-Lens en sa terre promise

    Sortir de terre, Xavier Bétaucourt (scénario), Jean-Luc Loyer (dessin). Editions de la Gouttière, 144 ...

    Univerne revisite avec bonheur l’univers de Jules Verne

    UNIVERNE, t.1, Paname de Morvan et Nesmo, ed.Soleil,  48 pages, 13,50 euros. Par la ...

    “Siné” enterre Hollande au champagne

    En forme Siné et son mensuel pour ce numéro de février. Avec un excellent ...

    Noë en attendant le déluge

    Noé, tome 2: Tout ce qui rampe, Darren Aronofsky, Ari Handel, Niko Henrichon, éditions ...

    Renée Stone s’égare un peu en mer Rouge

    Une aventure de Renée Stone, tome 2: Le piège de la mer rouge. Julie Birmant ...