Categories
aventure Bulles Picardes Les albums à ne pas rater

Peau d’homme, libération de femme

Peau d’homme, Hubert (scénario), Zanzim (dessin). Editions Glénat, 162 pages, 27 euros.

Il était une fois, dans l’Italie de la Renaissance, une jeune fille en âge d’être mariée. Mariage arrangé entre le père de Bianca et celle de son promis, le riche et jeune Giovanni. Mais la jeune femme aurait mieux aimé connaître son futur mari. Heureusement, sa marraine lui confie un secret: les femmes de la famille possèdent, depuis des siècles une “peau d’homme”, tunique magique permettant à celle qui l’endosse de prendre l’apparence d’un jeune homme.

Grâce à celle-ci, devenu “Lorenzo”, Bianca va découvrir le “monde des hommes” et savoir qui est vraiment Giovanni. Elle va surtout découvrir, à sa grande surprise, l’homosexualité refoulée de son mari mais aussi son propre éveil à une sexualité différente. Une libération des moeurs individuelle qui va se confronter avec la tyrannie religieuse qui s’impose peu à peu dans la ville, à cause de Fra Angelo, qui n’est autre que le frère de Bianca, religieux dogmatique et passablement obsédé par les déviances sexuelles.

Les fables d’apparence médiévales semblent faire de bons supports pour évoquer bien d’autres sujets nettement plus contemporains. Cyril Pedrosa a commencé à le faire avec sa série de l’Âge d’or et sa vibrionnante héroïne en quête de liberté. Hubert fait un peu de même ici, sur une autre tonalité. Plus intime. Même si la révolte collective va naître de cette libération individuelle.

Réflexion subtile sur le “genre”, la perception de soi et des autres, des désirs sexuels mouvants et de leur répression absurde voire totalitaire, Peau d’homme est aussi un bel hommage à l’émancipation féminine, passant paradoxalement par la découverte du corps masculin, avant d’emprunter les voies plus classiques de la maternité tout en conservant une réelle indépendance d’esprit.

Doux, dans le style, et fort dans le propos, Peau d’homme prend aussi une dimension forcément très émouvante, puisque cet album est devenu une oeuvre posthume du scénariste, décédé en février à l’âge de 49 ans.

Le trait ligne claire stylisé de Zanzim de Zanzim est en tout cas tout à fait approprié pour restituer la fausse naïveté du récit et ses divers niveaux de lecture. Et le dessinateur s’octroie également quelques planches pleine page pleines de  virtuosité et de mouvement. Et cette énergie éclate notamment lors de la séquence jubilatoire et libératrice du carnaval, ce “temps des fous” qui va redonner, en fait, sa lucidité et sa conscience à la cité.

Le conte est bon, donc. Et le livre est beau, avec son grand format, ses belles couleurs primaires chatoyantes et un très joli surfaçage en couverture. De quoi faire de Peau d’homme un récit très contemporain et presque déjà un classique. Autant dire, en tout cas, qu’il s’agit sans doute de l’un des albums forts de cette année 2020.

Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
0
J'AIMEJ'AIME
0
J'ADOREJ'ADORE
0
HahaHaha
0
WOUAHWOUAH
0
SUPER !SUPER !
0
TRISTETRISTE
0
GrrrrGrrrr
Merci !

By Daniel Muraz

Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté.
Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre.

Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *