Dur, dur d’être un mort vivant quand on est un Petit Vampire

    Petit Vampire, Acte 2 : la maison de la terreur qui fait peur, Joann Sfar. Rue de Sèvres, 13 euros

    Petit Vampire a bien du souci. Il veut jouer avec son nouveau copain, Michel, un petit garçon bien vivant, ce qui le change de ses amis zombies. Cependant la mère de petit vampire, la belle Pandora, ne voit pas cette relation d’un bon œil. Finalement, elle y consent à condition que cet humain soit amené dans leur univers, « la maison de la Terreur qui fait peur »…. Bien loin d’être horrifié, le petit Michel prendra goût aux jeux morbides et dangereux proposés par les créatures monstrueuses vivant dans cette maison. De quoi donner encore plus de soucis à Petit Vampire qui veut que son seul ami du monde des vivants le reste… vivant ! Comme quoi ce n’est pas toujours facile d’avoir un bon copain quand on est un mort vivant.

    Avec ce deuxième tome de Petit Vampire, Joann Sfar poursuit sa trilogie qui devrait faire l’objet d’une adaptation sur le grand écran. Après avoir évoqué dans l’album précédent la rencontre entre Michel et Petit Vampire, venus de mondes si différents, il s’attache dans ce deuxième album à raconter concrètement les difficultés d’une telle amitié. Ne voyant pas le danger, Michel est prêt à participer à tous les jeux dangereux (comme être découpé à l’aide d’une tronçonneuse). C’est finalement Petit Vampire qui lui évitera un sort funeste… et douloureux. On rit des situations cocasses et des dialogues improbables entre les personnages avec moult considérations philosophiques (et références à des séries américaines), nés de l’imagination fertile de l’auteur. Avec ses couleurs vives et son dessin volontairement naïf, dans un découpage quasi cinématographique, l’album plaira surtout à un public jeune qui pourra être séduit par la poésie narrative comportant un beau message de tolérance.

    Au final, cette bande dessinée de bonne facture ne surprendra pas ceux qui suivent l’auteur du Chat du rabbin et de Pascin, entre autres œuvres. Si on peut cependant parfois regretter les bavardages sans fin qui prennent parfois le pas sur l’action, on se laisse néanmoins embarquer avec plaisir par Petit Vampire et ses amis au pays des monstres gentils.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Félicien, petit homme orchestre

    Félicien et son orchestre, Étienne Friess (illustration), Sébastien Perez (texte), éditions Margot, 19,90 euros. ...

    Alice au pays de zombies

    Alice Matheson, tome 1: Jour Z; tome 2: le tueur en moi; tome 3: ...

    Cadavre esquisse : dernier rush pour avoir de la BD participative

    Trois amis d’enfance (dont un Picard) ont lancé un financement participatif, dans le but ...

    La biquette du Traquemage s’achève

    x Traquemage, tome 3: Entre l’espoir et le fromage, Wilfrid Lupano (scénario), Relom (dessin). ...

    Mickey maousse toujours avec Glénat

    « l’icône du rêve américain », comme le désigne Garry Apgar, dans son imposante biographie ...

    Avec Fabcaro, l’union fait la farce

    Moins qu’hier (plus que demain), Fabcaro. Editions Glénat, coll. GlénAAARG!, 64 pages, 12,75 euros. ...