Petite sociologie de l’islam au quotidien en banlieue

    Sociorama : La petite mosquée dans la cité, Solenne Jouanneau (scénario), Kim Consigny (dessin). Editions Casterman, 168 pages, 12 euros.

    En 1985, dans une cité de banlieue, la petite mosquée créée par une association d’étudiants musulmans accueille de plus en plus de gens du quartier. Moussa, étudiant en architecture est désigné pour en devenir l’imam, même si Omar, à la vision plus rigoriste de la religion (il refuse de participer aux pots de son entreprise ou de serrer la main aux femmes) s’y serait bien vu aussi. Trente ans plus tard, en 2015, la petite mosquée dans la citée est devenue une institution locale dans la ville. Des cours pour les femmes ont été créés, ainsi que des prières bilingues, en arabe et en français. Moussa est toujours l’imam, donnant des conseils avisés et rassurant les RG par ses prêches modérés.
    Mais voilà qu’une opération de réhabilitation immobilière va entraîner la destruction du local. Deux logiques vont s’affronter, entre les partisans de l’autofinancement par les fidèles locaux – derrière Moussa – et ceux qui, comme Omar seraient partisans de faire appel au roi du Maroc ou à la Ligue islamique mondiale, quitter à perdre leur autonomie.

    Après Dialogue, de l’Amiénois Noredine Allam, voici une autre découverte du quotidien de l’islam en France. Dans une approche moins “militante” et plus sociologique. Dans la logique de cette collection Sociorama, une chercheuse s’est donc associée à une dessinatrice pour réaliser cet album.

    Solenne Jouanneau, enseignante en sciences politiques à Strasbourg a enquêté pendant dix ans pour réaliser sa thèse sur l’islam en France. Elle la restitue ici de façon fictive, vivante, dans une approche à la fois empathique et neutre. Dans l’esprit de son ouvrages Imams en France: une autorité religieuse sous contrôle.

    Tous les aspects de la question, ou du moins, pas mal d’entre eux, sont abordés: le rôle de l’imam, bien sûr, au coeur du récit, mais aussi le fonctionnement d’une association cultuelle, mais aussi les divergences et les approches différentes de la religion ou la surveillance et les craintes des autorités.
    Le tout est retranscrit avec une certaine douceur par le dessin très ligne claire de Kim Consigny. Avec un noir et blanc adouci d’aplats gris. Et ce “reportage sociologique”, bien scénarisé, rendant attachants ses personnages (notamment celui de Moussa), permet, sans dramatisation ni caricature de porter un nouveau regard non fantasmé sur l’islam d’aujourd’hui en France.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Golden kamui, rendez-vous en terre Aïnou

    Golden kamui, tomes 1 à 3, Satoru Noda (scénario et dessin). Éditions Ki-oon, 196 ...

    Coeur de louve

    Louve, de Fanny Ducassé. Editions Thierry Magnier, 40 pages, 13.90 €. Louve est une ...

    La fin d’une odysée qui ne laisse pas de glace

    Sur les bords du monde, l’odyssée de Sir Ernest Shackleton, tome 2/2. Malaterre, Henri ...

    Un bien étrange spécimen

    Le Spécimen, Walter Hill et Matz (scénario), Julen Ribas (dessin). Editions Rue de Sèvres, ...

    Le “Psikopat” finit en beauté

    Comme pour la santé, c’est lorsqu’on ne l’aura plus que l’on prendra conscience de ...