Pierre Papier Chicon se jette à l’eau

    Le troisième numéro de la revue picarde Pierre Papier Chicon est paru. Et on pourra rencontrer les auteurs ce samedi à la libraire Martelle d’Amiens.

    C’est déjà le troisième numéro pour Pierre Papier Chicon, la revue de bande dessinée picarde. Et celle-ci s’affirme résolument comme une “revue-album”, valorisant bien les récits avec son grand format, son papier cartonné au rendu lumineux.

    Au sommaire, cette fois-ci, toujours deux histoires. Et même deux histoires d’eau. Ou du moins ou l’élément liquide est plus qu’un élément du décor. Une vieille légende tout d’abord, celle de “l’ondine de l’étang” remise au goût du jour par Alex-Imé.
    Avec un très joli trait, délicat au début, puis qui se fait plus tranché tandis que le récit et les souvenirs s’assombrissent, et que l’histoire romantique vire au fantastique angoissant. La dessinatrice fait revivre de façon expressive cette sorcière des marais, “Marie Groète”, basculant dans le mal après un irrépressible chagrin d’amour – comme le détaille Camille Picard dans le texte accompagnant les planches…

    Second volet, en renversant la revue, un récit-reportage-portrait sur les “chanteurs d’oiseaux”. Dans un format plus court, Guillaume Magni (par ailleurs salarié de l’association On a marché sur la Bulle) parvient à bien restituer la singularité de Jean Boucault et Johnny Rasse. Deux “enfants de la baie” (de Somme) qui ont cultivé leur passion et leur talent pour apprivoiser le chant des oiseaux. Au point aujourd’hui d’en faire des spectacles, avec un répertoire riche de quelque 500 chants différents !
    L’histoire est portée par les dessins de Soizic Bihel, libraire jeunesse, portée sur l’illustration et toute récente diplômée du DU de bande dessinée de l’Université de Picardie. Des dessins très colorés, mais doux. Un joli portait d’hommes-oiseaux.

    A noter, en complément, et comme c’est une tradition, un poème-critique d’un album coup de coeur. En l’état, l’envoûtant – effectivement – Port des marins perdus de Teresa Radice et Stefano Turconi. Un album qui s’inscrit bien dans ce numéro donc très aquatique. Mais qui est loin de prendre l’eau.

    A noter, aussi une rencontre-dédicaces exceptionnelle, ce samedi à la librairie Martelle: l’occasion de rencontrer une bonne partie des contributeurs des trois premiers numéros. Et, éventuellement, de compléter sa collection.

    Le début, graphiquement superbe, de l’histoire d’Alex-Imé.
    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Partir en bande dessinée à Amiens, d’aujourd’hui à samedi

    Pour la deuxième fois, l’opération Partir en livre va mettre à l’honneur, à Amiens, ...

    “Libé” fait toujours des bulles

          Si sa nouvelle formule (déjà largement abandonnée d’ailleurs) peine à masquer ...

    L’un de ces cinq titres sera le prix ACBD Asie 2019

    Plus que quelques heures avant de connaître le nom du Prix ACBD Asie 2019. ...

    Les Vieux Fourneaux retournent dans la mêlée

    Les Vieux Fourneaux, tome 5: bons pour l’asile, Wilfrid Lupano (scénario), Paul Cauuet (dessin). ...

    Philippine Lomar a toujours du punch

     Philippine Lomar, t.4: Total respect, Dominique Zay (scénario), Greg Blondin (dessin), Dawid (couleur). Editions ...