Porsche, la petite histoire de la grande Histoire

    Les grandes victoires Porsche, tome 1: 1952-1968. Denis Bernard (scénario), Johaness Roussel (dessin). Editions Glénat (coll. Plein gaz), 48 pages, 13,90 euros.

    Comme Ferrari, Ford ou sur une courte durée Matra, Porsche a marqué l’histoire du sport automobile par des modèles d’exception, de la 356 SL à l’implacable 917, et des victoires incessantes. Il n’en fallait pas plus pour que la très belle collection « Plein Gaz » de Glénat s’attaque à l’histoire sportive de la marque fondée en 1931 par Ferdinand Porsche, et popularisée en 1938 par la création, à la demande d’Hitler, de la « Volkswagen ». Autrement dit, littéralement la « voiture du peuple », plus sympathiquement appelée en France « Coccinelle » (et même starisée par Disney avec une série de films à la fin des années 60 et durant les années 70, où la Coccinelle porte le nom de Choupette). Ironie de l’histoire, Porsche est d’ailleurs devenue l’une des marques du groupe Volkswagen !

    Par le biais de plusieurs courts récits, de ses débuts en endurance dans les années 50 à la fin des années 60, ce premier tome d’une série prometteuse détaille l’épopée de la firme allemande, avec d’emblée une connotation historique remontant à la sombre période de la seconde guerre mondiale. Ces premières pages ne sont d’ailleurs pas les moins intéressantes de cette BD qui complète bien les albums relatifs aux grandes années des 24 heures du Mans, où Porsche a aussi régné en maître.

    Mais en l’espèce, ce sont d’abord des épreuves légendaires, tels Liège-Rome-Liège ou la Panamericana et la Targa Florio (qui fait d’ailleurs seule l’objet d’un autre album de « Plein gaz », one shot très réussi), qui font le sel du scenario de Denis Bernard et des dessins de Johannes Roussel. Au passage, on apprendra entre autres l’origine du label « Carrera » donné à un modèle de Porsche passé à la postérité.

    Une sorte de voyage dans le temps où la course automobile pouvait se dérouler sur routes ouvertes, ou la sécurité était minimale et ou l’insouciance et la débrouille régnaient en maîtres. Ce que les pilotes, baroudeurs ou gentlemen drivers, dont de nombreux grands noms oubliés ramenés ici sur le devant de la scène, payaient au prix fort, avec des accidents mortels à la pelle. Sans jamais empêcher le show de continuer.

    Cet album en témoigne parfaitement. Il lui manque juste un “je ne sais quoi” de passion, une sorte de supplément d’âme, qui transformerait le travail remarquable – point incontestable – des auteurs en album culte. La suite, avec une période sans doute plus contemporaine, pourrait y contribuer.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !
    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Gare au dragon qui s’éveille

    Yin et le dragon, tome 2 : Les écailles d’or, Richard Marazano (scénario), Xu ...

    Plein phare sur Sambre

    SAMBRE, t.6 : la mer vue du purgatoire, d’Yslaire, ed.Glénat, 56 pages, 13,50 euros. ...

    Un tour de Passe-passe réussi

    Passe-passe, Delphine Cuveele (scénario), Dawid (dessin). Editions de la Gouttière, 36 pages, 9,70 euros. ...

    Retour bienvenu au Village et aux thèmes connus pour “Prométhée”

    Prométhée, tome 15, Christophe Bec (scénario), Stefano Raffaele (dessin). Editions Soleil, 48 pages, 14,50 ...