Jules et Jim au temps des nanotechnologies

    Presque maintenant, Cyril Bonin. Editions Futuropolis, 72 pages, 17 euros.

    C’est un peu Jules et Jim au temps des nanotechnologies que conte Cyril Bonin dans ce nouveau one-shot. Avec Anna, jeune violoniste, dans le rôle de Jeanne Moreau ; Alexis, qui se rêve un destin d’écrivain en Jim et Félix, colocataire d’Alexis et porté sur les biotechnologies en Jules… Le courant passe immédiatement entre les trois jeunes gens. Les sentiments aussi. Tandis qu’Anna devient progressivement amoureuse des deux garçons et qu’Alexis s’en tient à la règle de ne pas risquer de briser une belle amitié, Félix finalement se montre plus audacieux. De déception, Alexis s’en va à Moscou développer ses talents littéraires dans le pays de Dostoïevski. De leur côté, Anna et Félix commencent une gentille petite vie de couple, portée par leur réussite professionnelle commune. Mais cette félicité va être bousculée par la découverte de Félix, des “nanopills” qui permettent de connaître en temps réel son état de santé. Une avancée technologique qui va peu à peu obnubiler Félix, au point de mettre en péril son couple. Surtout quand Félix revient s’immiscer dans leur vie. A moins que ce basculement ne s’inscrive dans une autre histoire…

    Cyril Bonin n’est pas François Truffaut, mais il possède son propre talent pour restituer le sentiment amoureux avec délicatesse et finesse, à l’image de son trait, fin et expressif, un graphisme désormais bien familier et singulier dans le paysage du 9e art contemporain.
    Après avoir avec talent adapté Marcel Aymé puis, plus récemment, s’être un peu perdu dans une longue trilogie un peu trop figée, Amorostasia pour ne pas la nommer, il revient ici avec un one-shot plus séduisant. Entre romance et très légère anticipation, le récit s’attache bien à son trio amoureux. Et si l’aspect science-fictionnel apparaît un peu trop extérieur à l’intrigue, au départ, il révèlera son importance lors du dénouement de l’histoire. Un fin ambivalente, douce-amère, mais qui est bien dans le ton du récit et lui apporte, rétrospectivement, une force supplémentaire.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Larmes à l’oeil

    D’autres larmes, Jean-Philippe Peyraud, éditions Treize étrange / Glénat, 162 pages, Six histoires courtes. ...

    L’amnésie du tueur

    Minas Taurus, tome 1 : Ordo av  chaos, Thomas Mosdi et David Cerqueira. Editions le ...

    La Halle Freyssinet, un lieu très local pour la bande dessinée amiénoise

    La bande dessinée amiénoise s’est appropriée la Halle Freyssinet, derrière la gare SNCF, début ...

    Des étoiles de métal plein les yeux

    Descender, tome 1: étoiles de métal, Jeff Lemire (scénario), Dustin NGuyen (dessin). Editions Urban ...

    Larry B. Max au secours du football

    IRS Team, tome 1: football connection, Stephen Desberg (scenario), Mazc Bourgne (dessins). Editions du ...

    Homère d’alors

    L’Iliade et l’odyssée, Soledad Bravi. Editions Rue de Sèvres, 96 pages, 10 euros. Les ...