Aaarg ! encore

    Aaarg! l’onomatopée, qui signifie autant l’effroi que le ravissement était bien choisi, pour titrer ce “fanzine de luxe” des éditions Même pas mal, dont le numéro 3 est attendu pour la fin du mois.

    En attendant, si Le premier numéro avait séduit, le deuxième a de quoi conforter les premiers adeptes. Toujours aussi beau, toujours aussi copieux (164 pages sans pub), toujours éclectique, mais plus trash, ce vrai “mook” alternatif, il apporte encore un lot de découvertes et de plaisirs de lecture.

    On y trouvera, notamment, dans les “grands formats”, un décryptage intelligent de Cannibal Holocaust de Ruggero Deodato, Un gros dossier sur le maestro de la carte à gratter Matthias Lehmann (très bien illustré par ses oeuvres), un tout aussi riche entretien-carrière avec l’auteur havrais Riff Reb’s (réalisateur de l’affiche du prochain festival de bande dessinée d’Amiens) et la suite des aventures du “pigeon de la dernière heure” de Nicolas Poupon.

    Par ailleurs, Julien Loïs et El Diablo poursuivent leur plongée dans une favella brésilienne (contant les malheurs d’un trop bon artiste décorateur des armes des gangs…), tandis que Pierre Place continue ses portraits de zapatistas de la révolution mexicaine, Salch inaugure une chronique de la vie du magazine, Pierrick Starsky et Sourdrille illustrent un delirium tremens scato et plein d’humour. Mention aussi pour B-Gnet et sa drôle de parodie de Pacific Rim (comme quoi il y avait bien là le potentiel à en tirer une bonne histoire), Caritte et Khattou racontent de façon efficace un récit gore carcéral dans le style des comics Eery ou Creepy. Paf et Hencule distillent encore leur humour aussi noir que pertinent, tandi que dans sa chronique, Patrick baud liste les différentes manières d’apprêter un cadavre (au delà de l’inhumation incinération).

     

    Bref, Aaarg! Et re-Aaargh!

     

    Plus transhumé, gore et morbide

     

    , plus un décryptage intelligent de cannibal holocaust de ruggero deodato, découverte du maestro de la carte à gratter Matthias Lehmann très bien illustré par ses oeuvres

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Quinze albums en lice pour le prix Artémisia 2020

    Depuis treize ans, l’association Artémisia (du nom de l’artiste italienne du XVIIe siècle Artémisia ...

    Encore de bonnes histoires venues de Fairyland

    I hate fairyland, tome 3 : la ballade de l’amère sucette, Skottie Young (et ...

    Mickey chez Jules Verne à Amiens

    Bon, avouons-le, on est passés à travers les deux premières dates de ce cycle ...

    Un été BD pas très dense, mais riche dans la presse

    L’été est toujours (plus ou moins) propice à l’extension de l’offre de presse en ...

    Une chasse aux sorcières de Salem aux accents contemporains

    Les filles de Salem, comment nous avons condamné nos enfants, Thomas Gilbert. Editions Dargaud, ...