Du neuf pour Aaarg !

    La revue Aaarg ! en est déjà à son neuvième numéro. Et après s’être courageusement jeté à l’eau (comme l’édito de ce numéro en file la métaphore), elle surnage bien – en termes de contenus – et commence à prendre sa place dans le panorama de la bande dessinée.

    Aaarg 9_couvPour ce nouveau numéro printanier, Aaarg ! se pose plus que jamais en “Outsider”. Un peu comme peut l’être ça et Là en matière d’édition BD. Son fondateur, Serge Ewenczyk, a droit ici à un long entretien revenant sur les dix ans de sa maison d’abord spécialisée dans les traductions avant, désormais, de suivre une politique d’auteurs.
    Fidèle à sa ligne (crade plus que claire) et un humour noir portant haut les couleurs du mauvais genre, Aaarg ! fait également mieux connaître un de ses collaborateurs. Cette fois, il s’agit de David Sourdrille (qui, dans la tradition établie réalise la couv’), qui se décline à travers le traditionnel abécédaire maison.

    Et sinon, beaucoup de bonnes choses à lire encore, en matière de planches dessinées…

    Aaarg_mauvaises mines_dessinOn retrouve les habitués, comme les deux naufragés d’une île à la mer de Nicolas Poupon, les très corrosives et drôles “mauvaises mines” pleines pages de Jonathan Munoz, ainsi que les strips Grotesk (d’O.Texier) et Glory Owl. Sans oublier les déjà familiers strips de Paul Kirchner et ses variations autour et dans “The Bus”.

    Quelques histoires courtes sortent particulièrement du lot, pour moi: l’ironique “Kirk ne renonce jamais”, de Reuzé et Fayol, déclinant jusqu’à l’absurde et l’épuisement temporel le cliché du récit de guerre du lieutenant qui ne veut pas abandonner un homme au combat. Avec le graphisme singulier, en bichromie rouge – grisé de Lucas Varela, Antoine Ozanam propose de son côté un récit “pousse au crime” d’une logique imparable et à la portée métaphysique sur la conscience humaine (à base de revolvers trafiqués).

    Dans un registre plus romantique, Starsky et Damien Guiko offrent une jolie rêverie dans un cimetière (qui, comme le précédent récit, trouve sa cohérence en sa toute fin). Dominique Hennebaut, lui, empiète un peu sur le pré carré des amours adolescents des “confessions d’un puceau” (de Dav Guedin) avec une “love affair” délicieusement traumatique. On appréciera également la belle histoire noire d’Adrien Ducoudray et Romain Mahouin autour d’un débile léger dans un lavomatic. Et une nouvelle virée infra corporelle avec “le prophète” par l’Abbé.

    Enfin, c’est avec un plaisir savoureux que l’on retrouve une nouvel épisode d’un homme de goût d’El Diablo et Cha et son ogre traversant les époques.

    Bref, une nouvelle livraison de “culture à la masse” qui pèse son poids de bon mauvais goût.

    aaarg_kirk_planche

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    TERminus

    TER, tome 3: l’imposteur, Rodolphe (scénario), Christophe Dubois (dessin). Editions Daniel Maghen, 72 pages, ...

    Winshluss à Amiens pour son prix des collégiens samariens

    Le prix des collégiens samariens vient d’être remis à Winshluss pour Dans la forêt ...

    “Panama Papers” et BD : l’offuscation drôlatique de Martin Vidberg

    En complément de l’évocation sur le site du Monde (et dans le journal diffusé ...