“La Revue dessinée” évolue mais ne change pas

    Numéro de rentrée et “nouvelle formule” pour la Revue dessinée.

    En cette fin d’été, le nouveau numéro de La Revue dessinée (17e du nom) a été précédé par l’annonce d’une “nouvelle formule”. Rien d’illégitime, quatre ans après le lancement de cette formule de presse incontestablement atypique. Et cette évolution s’est faite sur la base des résultats d’une enquête auprès des lecteurs, dont sont remontées quelques 1500 réponses.
    Au final, le changement est plutôt homéopathique et ne devrait pas décontenancer les fans. La Revue conserve sa couverture à volet (permettant la reproduction d’un dessin ou peinture ample) et son principe de sujets d’enquêtes ou de reportages associant un journaliste et un dessinateur et traités uniquement en bande dessinée.
    Graphiquement, la maquette est un petit peu plus aérée, avec des pictogrammes plus évidents pour s’y retrouver entre les reportages et les chroniques. Côté chemin de fer, les courriers des lecteurs ont basculé à la fin et l’alternance est plus stricte entre longs formats et rubriques courtes.
    C’est dans le rythme que se situe peut-être l’évolution la plus visible. Avec un peu moins de sujets, mais des sujets plus développés (de 30 à 50 pages). Avec le risque, cette fois, de trop longs tunnels et d’un nouveau déséquilibre. Mais l’essentiel reste bien entendu le fond. Sur ce point, La Revue ne change pas. Ce numéro s’attaque en effet à des sujets de fond…

    Derrière une couv’ plus axée sur l’actualité, avec un Emmanuel Macron en chauffeur Uber ouvrant la porte de sa berline à Donald Trump (joli travail de François Roca), Alexia Eychenne (journaliste spécialisée dans le monde du travail) et Thierry Chavant consacrent en effet – en partenariat avec le site Les Jours – une longue plongée dans l’univers des chauffeurs de VTC et autre “Loti”, en banlieue parisienne. Un travail clair et précis.

    Un dossier de fond sur la plaie des algues vertes en Bretagne.

    Autre enquête de fond, celle proposée par Inès Léraud (de Radio France) et Pierre Van Hove (auteur du Voleur de livres, ed. Futuropolis) sur les algues vertes en Bretagne. Si, graphiquement, on s’enfonce aussi dans les tonalités verdâtres, le sujet permet enfin d’avoir une vision claire et globale du phénomène, assez accablant pour l’agriculture productiviste locale.
    Troisième gros sujet du numéro, un reportage en Guyane sur les filières des passeurs de cocaïne, réalisé par Hélène Ferrarini et le Picard Damien Cuvillier, et son trait fin et léger qui contraste avec la dureté de la question évoquée.
    Notons encore, en ouverture, un portrait des époux Balkany par Julien Martin (journaliste à l’Obs) mis en images par Gregory Mardon et conté comme une vraie saga. Là encore, l’apport du dessin apporte une clarté assez inédite sur la trajectoire du couple emblématique de Levallois-Perret.

    Dernier épisode de l’excellente histoire de la satire par Fabrice Erre et Terreur graphique.

    Entre ces gros sujets, donc, on retrouve avec plaisir les rubriques consacrées au rock (avec une excellente exhumation de Lee Hazlewood par Arnaud Le Gouëfflec et Nicolas Moog, pour un traitement toujours aussi impeccable) et au film décrypté (avec cette fois une analyse politique stimulante des films de Bruce Lee par Vincent Sorel).
    Dernier épisode enfin pour “Trait pour trait”, l’histoire de la satire contée avec talent et drôlerie par Fabrice Erre et Terreur Graphique (et qui aurait matière à faire un très joli album maintenant).
    On regrettera en revanche la disparition de la chronique décalée et éclectique de Vandermeulen et Casenave et plus encore la sémantique élastique de James. Absence peut-être provisoire ? D’autres nouvelles chroniques sont annoncées pour le prochain numéro. Et, en évoluant sans changer sur le fond ni de ton, La Revue dessinée se montre toujours aussi unique et indispensable.

    Une des planches de Damien Cuvillier, sur les “mules” guyanaises du trafic de cocaïne
    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Merci pour ce livre d’Alex 2014 !

    Merci pour ces moments, Alex. Editions Courrier picard, 112 pages, 9,90 euros. Il n’y ...

    La convention Mangas de Creil fait face aux critiques

    Creil accueille, ce samedi, sa 6e convention mangas. La manifestation fait l’objet de commentaires ...

    Tchao, Tchô !

    Après 15 ans d’existence, le magazine Tchô cesse de paraître avec ce n°164, pour ...

    Un dessinateur très Large d’esprit à Amiens aujourd’hui

    Le dessinateur Marc Large (Siné Mensuel, Sud Ouest) est l’auteur de l’affiche du concert ...

    Caricatures de Mahomet dans Charlie Hebdo : le retour ?

    Sept ans après l’affaire des “Caricatures de Mahomet” et un an après l’incendie de ...

    Tintin retrouve de la voix sur France Culture

    On peut lire Tintin, on a pu le voir, à l’écran. Aujourd’hui, on va ...