L’inconscient politix d’Astérix

    Détail d'un dessin réalisé pour la couv' du Figaro magazine, en 2001.

    Comme à chaque fois qu’il s’agit de s’attaquer au “phénomène Astérix”, les exégèses de l’oeuvre de Goscinny et Uderzo (et désormais de Conrad et Ferri) foisonnent, notamment sur l’orientation politique des héros et de la série. Nouvelle confirmation, à l’occasion de la sortie d’Astérix chez les Pictes et de l’actuelle grande expo qui leur est consacrée à la BNF.

    Olivier Maison, dans Marianne (numéro du 2 novembre) y trouve des valeurs “qui sentent bon l’universalité : l’esprit de résistance, la liberté, la solidarité, la démocratie et surtout la découverte de l’autre“. Le Nouvel Observateur, de cette même semaine, y consacre lui, même un vrai petit dossier, statuant pour le décréter “identitaire ou postcolonial” (plutôt le deuxième), “républicain ou communautariste“, “platonicien ou soixante-huitard” voire “gaulliste ou mendésiste” (là encore, plutôt la seconde catégorie, selon l’hebdo de la gauche…. mendésiste). Peu avant, France Inter avait sollicité Hubert Védrine et Roselyne Bachelot sur ce même thème.

    Plus amusant, la classification du célèbre gaulois par les politiques eux-mêmes (toujours dans le Nouvel Obs). Hervé Morin (Nouveau Centre) y voit un “village conservateur, qui considère qu’il n’y a rien de bon chez les autres et où les voisins se tapent tout le temps dessus. C’est certainement un village de droite“. Alexis Corbière, du Parti de Gauche, à l’inverse, les considèrent comme de sympathiques “franchouillards” plutôt portés sur l’égalité (valeur de gauche) : “Solidarité entre les gens, égalité dans le village. Tout le monde y a la même hutte.” Le ministre du Travail, social-libéral bon teint, Michel Sapin l’analyse comme un “village anti-mondialisation parfait“, rêve enfui ou appel inconscient au nécessaire “changement” néo-libéral :  “tout le monde garde le même emploi toute sa vie (…) personne ne vieillit. Aucune technologie nouvelle ne vient bouleverser la vie économique. Personne n’y a à y gérer la question des retraites ou de la reconversion professionnelle. Les Gaulois résistent non seulement à la mondialisation romaine, mais aussi au temps qui passe“.

    Hervé Morin et Jean-Vincent Placé s'y croient déjà...

    Et sa seule critique (mais est-ce vraiment une critique alors que son collègue Moscovici lui-même a lancé le thème du “ras-le-bol fiscal” ?) : “Les villageois paient un impôt, mais qui va aux Romains. C’est l’expression d’une vieille idée: quand on paie ses impôts, ce n’est jamais pour soi, on ne sait pas où ça va…”

    Enfin, Jean-Vincent Placé, sénateur d’Europe-Ecologie (qui a le profil et la délicatesse requises pour jouer Obélix), il parvient, dans la même interview à faire de la France d’Astérix un village à “l’identité forte“, “miroir de la France d’avant 1968, orgeuilleuse, ordonnée, paternaliste“, tout en n’étant “pas vraiment nationaliste“, aidant ses voisins étrangers, acceptant le progrès et les hérauts de “la décision collective“…

    A défaut d’avoir vraiment une réponse politique claire au positionnement d’Astérix, au moins a-t-on la confirmation qu’on peut se saisir de lui pour lui faire tout dire ou tout endosser. Question de point de vue et d’angle. Démonstration, surtout, de l’incontestable talent de la série à échapper au catalogage. Et ce n’est pas nouveau. En 2001, c’était le Figaro magazine qui faisait témoigner les ténors politique de l’époque. Et encore avant, en 1966, déjà, l’Express avait consacré sa “Une” au “Phénomène Astérix” (événement plus que rare à l’égard de la BD à l’époque) et le New York Times avaient bien noté que le petit Gaulois arrivait à incarner l’inconscient des Français dans toute ses dimensions…

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Fluide glacial Vs Spirou, la guerre pour de rire

    Les deux vénérables journaux de bande dessinée sortent cette semaine, quasi-simultanément,  deux numéros très spéciaux, ...

    L’ACBD perd un président et en retrouve un autre

    L’association des critiques de bande dessinée (ACBD) a changé de président. Et elle déplore ...

    Quand l’extrême droite veut prêter à sourire

    L’extrême droite peut-elle faire rire ? La question se pose au regard du “hors ...

    La cathédrale d’Amiens, star de BD et à l’honneur en juin

    Les 20e Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens se préparent. Avec parfois des aspects ...

    Catherine Meurisse, dans le Courrier picard, ce dimanche

    A lire, ce dimanche dans le Courrier picard, un entretien avec Catherine Meurisse, réalisé ...