Quand la presse généraliste redécouvre la bande dessinée à l’occasion du Festival d’Angoulême

    Le Festival d’Angoulême est aussi  le rendez-vous de la “grande presse” avec la bande dessinée, le moment rituel où le 9e art, plus ou moins ignoré le reste du temps devient le “marronnier” de l’instant – comme la rentrée scolaire en septembre et le froid en hiver…

    Ce déferlement (quand même relatif) de sujets sur la bande dessinée présente aussi l’intérêt de voir le regard plus “généraliste”, donc, porté sur elle dans les quotidiens et newsmagazines.

    Libération, comme tous les ans, y va donc ce matin de son numéro “tout en dessins”. Mais celui-ci semble bien devenu également, lui-aussi, un vrai marronnier très convenu. Et  sa “une” tristounette (signée Minetarô Mochizuki, auteur de Tokyo Kaido) a valeur de symbole ou de symptôme, avec son journal délaissé sur le trottoir…   A l’intérieur, pas vraiment non plus d’explosion graphique époustouflante. Et la sensation d’un moins grand nombre de dessins que les années passées. Auteur de l’excellent Stupor Mundi, Nejib illustre sans grande inspiration et maladroitement le “penelopeGate” de François Fillon.
    Ne ressortent que l’illustration contrastée des militants de Hamon et Valls par Pier Gajewski ou un évocateur dessin de Winschluss sur les “revenants tunisiens du jihad”. Ainsi qu’un portrait en dernière page de… Laureline. Amusant mais un peu laborieux et long. Long aussi, mais plus intéressant est le sujet, dans la rubrique “idées”, consacré à la manière dont la BD s’empare désormais des concepts philosophiques ou scientifiques, notamment à travers la “petite bédéthèque” du Lombard ou la collection Sociorama de Casterman.  Quant à la partie “littéraire”, consacrée à la bande dessinée, la suppression du cahier Livres lui fait perdre aussi de la présence. Pas de changement, en revanche, sur le fond et les sujets traités, tous pointus et “avant-gardistes” (Paysage après la bataille du Belge EricLambé, Big Kids de Michael Deforge ou Fantasma de Maïté Grandjouan), le plus “mainstream” étant Groenland Vertigo de Tanquerelle. Un positionnement d’éclaireur qui devient néanmoins désagréablement élitiste lorsqu’il s’accompagne de l’expression d’un souverain mépris pour le grand prix 2017, Cosey, “au trait daté”, et qui “nous laisse froid”. Mais bon, il faut quand même noter que, sur la dernière période, “Libé” est encore le quotidien qui consacre le plus régulièrement de grands articles à des oeuvres de BD.

    Les autres quotidiens nationaux et les hebdos, ce jeudi, sont plus en retrait…

    Le Figaro, ainsi, n’évoque pas du tout la BD, malgré la parution ce jour de son cahier littéraire.
    La Croix
    s’intéresse à la “BD du réel”
    et aux récits de témoignages sociologiques, tout comme

    L’Express se penche sur les bandes dessinées de reportage.

    L’Express, qui consacre un long article au BD-reportage. Politis, dans un registre un peu similaire se penche sur plusieurs livres qui entraînent “dans le pays émouvant de la jeunesse” (L’arabe du futur de Riad Sattouf, Coquelicots d’Irak de Findakly et Trondheim ou Martha et Alan d’Emmanuel Guibert).Le Point, de son côté évoque Mari Yamazaki, l’une des invitées d’Angoulême cette année, auteur du diptyque sur Pline.
    Quant au Monde, daté de ce vendredi, il consacre, assez classiquement, deux pages de son “cahier Livres” à une sélection d’albums récents (de Tronchet à Moebius, avec aussi Pline ou Big Kids) ainsi qu’un long sujet aux adaptations cinématographiques de bandes dessinées, à l’occasion de l’expo Valérian à Angoulême et du futur film de Luc Besson.
    L’Obs se distingue avec un sujet sur les relations particulières entre BD et judaïsme, mêlant le Festival d’Angoulême et l’expo “Bande dessinée et Shoah” actuellement au Mémorial de la Shoah à Paris (sur laquelle on revient plus en détails très vite). Angle original mais démonstration qui laisse un brin dubitatif quand même.

    Finalement, c’est l’Humanité qui aborde la BD avec le plus de diversité, en ouvrant sa séquence Livres par un sujet sur le collectif belge Frémok, mais en parlant aussi de l’expo hommage à Will Eisner à Angoulême, de celle consacrée au mangaka Kazuo Kamimura ou du livre “coup de coeur” Hip-Hop Family d’Ed Piskor. Et l’éclectisme se retrouve dans les “notules” de livres, qui vont de Patience de Daniel Clowes à Kobané Calling de Zerocalcare , en passant par La légèreté de Catherine Meurisse ou Tulipe de Sophie Guerrive.

    Sans ostentation ni esbrouffe, l’Humanité illustre la pluralité de la BD d’aujourd’hui.

    Par ailleurs, “hors série”, Marianne s’est lancée aussi dans la réalisation d’un supplément consacrée à “La BD pour tous”. Confiée à la rédaction en chef de Renaud Dély (par ailleurs lui-même scénariste de BD avec Aurel, notamment), ce gros magazine de 106 pages est un peu bordélique et sans réelle ligne directrice, mais avec des articles intéressants, sur les coulisses de l’histoire du festival d’Angoulême, sur la BD au féminin, des portraits (Zerocalcare, Derf Backderf) ou avec des interview de Druillet et Riad Sattouf avec Emile Bravo, sans oublier la publication d’extraits, dont six pages de Duke, le nouvel album de Hermann et Yves H ou de Homicide, de Philippe Squarzoni. De quoi donner à voir un peu de ce qu’est la bande dessinée contemporaine à un lectorat pas forcément adepte.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Cicatrice(s) de guerre parmi Ceux de 14

    Nous avons déjà évoqué à plusieurs reprises le site Ceux de 14, qui compile ...

    Charlie Hebdo : être haï par des amis, pire que d’être aimé par des cons

    L’unanimisme n’a qu’un temps. Surtout quand il est bâti sur l’émotion (même sincère et ...

    Un beau tombeau pour “Bob” Siné

    Siné mensuel sort aujourd’hui un hors série sur Siné, décédé le 5 mai : ...

    M.Bd passe l’été

    Le troisième numéro de M.Bd, sorti fin juin, restera en rayons tout l’été. Une ...

    “Pilote” et “Paris Match” accompagnent Valérian

    La sortie de Valérian – le film – a suscité logiquement un intérêt renouvelé ...

    Chirac, satire de partout

    Par sa longévité politique, par sa stature, ses péripéties politico-financières et ses coups de ...