Une double lecture de “Charlie”

    Il y a un an tout juste, la France était sous le choc après l’annonce d’une attaque dans les locaux de Charlie Hebdo. Depuis, plusieurs ouvrages sont revenus sur cet attentat, mais aussi sur l’histoire du journal. Retour sur ce dernier aspect, axé sur l’histoire de Hara Kiri et Charlie Hebdo, à travers deux livres C’était Charlie, de Philippe Val et Mohicans de Denis Robert.

    charlie-hebdo_après attentatLe 7 janvier 2015, dans les locaux de Charlie Hebdo, Onze personnes ont été tuées : Frédéric Boisseau (agent de maintenance), Franck Brinsolaro (policier chargé de la protection de Charb), Elsa Cayat (médecin psychiatre et pigiste), Mustapha Ourrad (journaliste et correcteur), Michel Renaud (fondateur du festival Rendez-vous du Carnet de Voyage, invité à la conférence de rédaction du jour), Bernard Maris (économiste et chroniqueur), ainsi que les cinq dessinateurs Cabu, Charb, Honoré, Tignous et Wolinski. D’autres morts et blessés allaient suivre. Mais avec ces dessinateurs, c’était toute une page du dessin de presse qui se tournait tragiquement. Et aussi une page d’histoire de la bande dessinée, puisque les publications nées de Hara-Kiri auront fait connaître une bonne partie des grands noms de la BD des années 70 et au-delà: Gébé, Cabu, Wolinski, Willem, mais aussi Fournier, Reiser, Carali, Edika, Siné, Kamagurka, Charlie Schlingo, Dimitri, Hugot, Vuillemin, et bien d’autres.

    Après le mois de janvier 2015, plusieurs ouvrages se sont penchés sur les raisons qui avaient pu susciter les attentats sanglants chez Charlie Hebdo et à l’hyper-cacher. En fin d’année, c’est plus l’histoire de l’hebdo lui-même qui a suscité de nouvelles sorties éditoriales très contrastés..

    C'était Charlie_couvLa vérité de Philippe Val sur Charlie

    Prolixe après un premier essai paru au printemps (Malaise dans l’inculture), Philippe Val livre sa vérité sur Charlie, “pour la mémoire des morts et l’honneur des vivants”. Du moins sur le Charlie “deuxième époque” qu’il dirigea de 1992 à 2009.

    Rédigé dans un style plaisant et alerte, avec la verve qui caractérisait les éditos de Philippe Val, C’était Charlie multiplie les anecdotes, les récits de reportages et les réflexions sur la volonté de qui a motivé l’équipe durant toutes ces années.
    Forcément intéressant par sa vision de l’intérieur de la vie de l’hebdo, le récit est cependant plombé par sa propension aux règlements de compte et sa focalisation étrange à répondre aux critiques venues de sa gauche (et l’oubli quasi total des “ennemis” de Charlie de droite ou d’extrême droite). Et, plus encore, l’ouvrage s’avère gênant par sa manière de faire parler les morts, qu’il s’agisse de Cavanna ou de Cabu, derrière lequel Val semble se protéger pour ses choix directoriaux.

    Mohicans_couvLes deux derniers Mohicans

    Mohicans, de Denis Robert est moins lyrique, mais pas moins intéressant. Et plus instructif sur l’empreinte laissée par la bande à Charlie, mais aussi celle de Hara-Kiri mensuel dont elle était issue. Elargissant en effet la focale à toute l’histoire, depuis la fondation de Hara-Kiri jusqu’aux attentats de 2015, le journaliste multiplie aussi les témoignages, les citations, là où Philippe Val se contente de faire entendre sa seule voix.

    Dense et documenté, l’ouvrage poursuit un but tout aussi clair et affirmé. Et qui ne cache pas non plus son implication personnelle dans l’histoire (Denis Robert a consacré un documentaire chaleureux à Cavanna, a été violemment attaqué par Val dans Charlie et Richard Malka, l’avocat du journal était aussi celui de Clearstream). Il s’agit pour lui de rendre justice à Cavanna, mais aussi au Professeur Choron. Les deux “mohicans” du titre, qui s’engueuleront souvent mais “ne se détesteront jamais“.

    Une autre histoire du deuxième “Charlie hebdo”

    Plus factuel et précis, Mohicans est tout aussi agréable à lire. L’auteur de l’Affaire des Affaires (éd.Dargaud) remonte jusqu’à la rencontre de Cavanna et Choron, rappelle la naissance de Hara-Kiri mensuel, la création de Charlie (le magazine de bande dessinée piloté par Delfeil de Ton puis Wolinski) et de Hara-Kiri hebdo, celle épique de Charlie Hebdo, avant de revenir au “deuxième Charlie“. Mais ce dernier, pour lui, n’est pas celui de “Cabu et Val” (comme dans C’était Charlie), mais plutôt celui de “Val et Malka”, l’avocat qu’il voit en deuxième figure ayant accaparé la “marque” et le passé du journal pour s’en servir à leurs fins personnelles.

    Et là ou Philippe Val évoque les grands engagements moraux, les reportages autour du monde et se pose en héraut (et héros ?) de la liberté d’expression, Denis Robert creuse sur des points moins glorieux, comme le procès inaugural pour la possession du titre entre Choron et Cavanna, la cession des droits de ce dernier à la société éditrice du nouvel hebdo, sur les primes discrétionnaires accordées, les nombreux départs et licenciements dans l’équipe, la création d’une société immobilière qui générera de copieux bénéfices pour ses heureux bénéficiaires, etc. Ces chapitres plutôt arides sont compensés par de belles évocations de toute la bande de Hara-Kiri et de pages émouvantes sur Cavanna, qu’il suit jusqu’à sa fin. Et “si la mort de Choron sonnait comme le premier glas pour l’esprit bête et méchant, celle de Cavanna sonnera comme le second“, rappelle Denis Robert, qui partage l’avis de Jean-Luc Godard, dont il reprend la formule : “Tous les gens disent comme des imbéciles “je suis Charlie”. Moi j’aime mieux dire “je suis Charlie”, du verbe suivre.” Mais en suivant clairement plus le premier que le second Charlie.

    Couverture du premier numéro de Charlie Hebdo, le 23 novembre 1970.
    Couverture du premier numéro de Charlie Hebdo, le 23 novembre 1970.
    Le premier numéro du "nouveau" Charlie Hebdo, en 1992.
    Le premier numéro du “nouveau” Charlie Hebdo, en 1992.
    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    MDM pour les mordus de mangas

    Le meilleur du manga 2013, sous la direction de Sébastien Kimbergt, éditions Kazé Manga, ...

    Goossens, dessinateur et chercheuren pointe

    Le magazine Sciences et avenir consacre un long article à Daniel Goossens, entre “BD ...

    La fin de Fluide glacial

    La fin du monde n’est toujours annoncée – selon certaines interprétations du calendrier Maya ...

    Des bandes dessinées à lire dans la presse cet été

    Il y eut des périodes plus fastes. Et un engouement estival plus massif de ...

    “The Walking Dead plus proche de la fin que du début” déclare Charlie Adlard au “Courrier picard”

    Comme déjà évoqué, Charlie Adlard aura été l’auteur de l’année, pour cette édition 2017 ...

    Le journal de Spirou à la barre des 4000

    Numéro spécial 4000 pour le journal de Spirou. Encore en kiosque jusqu’à mercredi. Spirou ...