Prise de tête à la cour d’assises

    Quatre jours de descente, Grégoire Bonne. Editions Mosquito, 72 pages, 18 euros.

    Voilà un premier album qui s’impose. Et un nouvel auteur qui réussit son entrée dans le monde du 9e art, avec un récit oscillant entre histoire de procès et fantastique.

    Charles Mirmetz a été désigné juré d’assises. pour une affaire de meurtre entre deux revendeurs de pièces de voitures volées, dans ce qui semble être une cité du Nord, sombre et pluvieuse. Un dossier à la fois banal et glauque mais où l’accusé, Salesky, un immigré polonais, risque sa tête, en cette France provinciale des années 60.
    Scrupuleux et consciencieux, et bien que venant d’être frappé par la mort accidentelle d’un de ses fils – mort dans laquelle sa “responsabilité est engagée – Mirmetz va s’investir pleinement dans son rôle. Il va aller jusqu’à refaire l’enquête et être hanté de visions prophétiques troublantes, qui paraissent a contrario innocenter Salesky.

    Les récits de procès ne manquent pas. Hollywood en a même fait un genre à part entière, depuis l’emblématique 12 hommes en colère, dans lequel Henri Fonda, par sa démonstration et sa verve de son discours parvient à renverser l’opinion du jury. C’est ce que tente de faire aussi ici Charles Mirmetz. Mais cet argumentaire restera hors champs. Le récit de Grégoire Bonne se concentre plus sur la psychologie, voire la folie progressive de son personnage, tirant le récit vers un certain fantastique onirique, suggéré d’entrée par le témoignage halluciné d’un témoin croyant voir le diable dans l’accusé.

    Un récit d’ambiance, donc, tout en clair obscur, porté par un style graphique singulier et une technique en noir et blanc très expressive, au pastel sec, qui joue sur les ombres, et crée une ambiance nébuleuse, inquiétante et fantastique. Une atmosphère déjà visible dès la belle et très immersive couv’ de l’album.

    Sans être totalement prévisible, la fin lève le mystère de façon un brin trop exemplaire et attendue sans doute. Avec une pointe d’ironie tragique qui fait basculer le récit définitivement du coté du conte moral (ou amoral vue l’ultime case). De quoi désamorcer un peu la réflexion sur le rôle et la responsabilité du juré d’assises, mais pas de faire perdre le plaisir du récit, ni de son effet graphique et visuel marquants.

    Des qualités qui ont déjà valu à l’album et à son auteur le prix Bulles de sang d’encre au festival du polar de Vienne (Isère).

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Pour ne pas oublier le sens du combat pour l’IVG

    Des salopes et des anges, de Florence Cestac et Tonino Benacquista, éditions Dargaud, 48 ...

    La Gouttière la joue toujours collectif

    Les éditions de BD amiénoises de la Gouttière annoncent deux projets intéressants pour la ...

    Chapeau, le Chat !

    Le Chat passe à table, Philippe Geluck. Editions Casterman, coffret de 2 albums de ...

    Siné enterré en demi-teinte par “Charlie hebdo”

    Avouons-le, on attendait avec une certaine curiosité le numéro de Charlie hebdo de ce ...